Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe   |   Les zoos dans le reste du monde   |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

Fort Worth Zoo


Fort Worth Zoo
1989 Colonial Pkwy
Fort Worth TX 76109
Etats Unis

Tel : +1 817-759-7555

www.fortworthzoo.org
Logo du Zoo Fort Worth


Je tiens à remercier chaleureusement Josef pour son accueil et l'ensemble des informations qu'elle m'a donné lors de ma visite.

I would like to thank and be very gratefull to Josef who welcomes me in Brownsville and who give me a lot of information.

Mes visites : 01 et 02 avril 2014
Mise en ligne : 24 novembre 2014








Horaires d'ouverture 2014
Tarif d'entrée 2014
La maison des singes
Les îles des singes et les antilopes
Les plaines africaines et les éléphants
Asian Falls
Les fauves
La vallée des rapaces
Le monde des oiseaux 1/2
Le monde des oiseaux 2/2
L'Australie
Les vautours et les manchots

Aigle couronné d'Afrique
Aigle couronné d'Afrique - avril 2014



Texas Wild 1/4
Texas Wild 2/4
Texas Wild 3/4
Texas Wild 4/4
La mine texane
Les oiseaux et anatidés
L'île des anatidés
MOLA 1/3
MOLA 2/3
MOLA 3/3 et les flamants
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Loup roux
Loup roux - avril 2014



Février, Mars et Octobre : 10h00 à 17h00

Mars à septembre du lundi au vendredi : 10h00 à 17h00

Mars à septembre du samedi au dimanche : 10h00 à 18h00

Novembre à fin février : 10h00 à 16h00




Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)




Tarifs individuels

     Adulte : 12,00 $ (9,00 €)
     Enfant (3 à 12 ans) : 9,00 $ (6,75 €)
     Sénior (+ 65 ans) : 9,00 $ (6,75 €)
     Parking : 5,00 $ (3,75 €)
    

Tous les mercredis les tarifs sont
réduits de 50 % (hors parking)
Jaguar
Jaguar - avril 2014



Flèche

Présentation du zoo


Le zoo de Fort Worth est situé aux abords de la
ville du même nom, à quelques 50 kilomètres de
la ville de Dallas.
Installé au cœur d’un grand parc verdoyant, le zoo
présente plusieurs secteurs dont un particulièrement
consacré à la faune indigène.

Après avoir traversé l’entré, plusieurs possibilités
s’offrent aux visiteurs pour démarrer la visite. Nous
allons emprunter le sentier le plus à droite.
Ce dernier se dirige directement vers une presqu’île
entourée d’un fossé en eau doublé de hauts murs
tandis que la partie terrestre est accolée à un grand
bâtiment.


Plateau des gorilles
Plateau des gorilles - avril 2014


Enclos intérieur des gorilles
Enclos intérieur des gorilles - avril 2014
Cette île au sol en herbe est traversée par une petite
cascade et est agrémentée de structures d’escalade
en bois et de faux rochers. Elle accueille une famille
de gorilles (Gorilla gorilla).

Le visiteur est alors invité à entrer dans le bâtiment qui
jouxte cette île « World of Primates ». Cette maison
relativement ancienne est entièrement bétonnée. Nous
 laissons l’installation extérieure des gorilles sur la
gauche de l’entrée, alors que sur la droite se trouve
une seconde presqu’île en herbe de taille plus petite
mais toujours agrémentée de faux rochers et de stru-
ctures en bois. Une famille de bonobos (Pan paniscus)
y est installée.


Une fois entré dans la maison, on découvre une vaste
fosse centrale, escarpée, organisée en terrasses entou-
rant un faux baobab. Des cascades jaillissent de part
et d’autres des faux rochers. Cette fosse constitue la
maison de nuit des gorilles.

Face aux gorilles se trouve une loge vitrée tendue de
cordes et d’autres agrès. Cette dernière qui, comme
toutes les autres installations de la maison des singes,
est formée de faux rochers, est occupée par le groupe
de bonobos.

Mitoyen aux grands singes se trouve deux petites cages
agrémentées de quelques troncs, dans lesquelles vivent
des gibbons à favoris blancs (Nomascus leucogenys).


Loge des gibbons
Loge des gibbons - avril 2014

Loge des colobes
Loge des colobes - avril 2014
La loge qui suit est légèrement plus grande, agrémentée
de pneus et de tuyaux d’incendie. Les faux rochers res-
tent néanmoins bien présents. Le tout est consacré à un
groupe de mandrills. Des colobes guérézas (Colobus
guereza
) dispose d’une grande installation intérieure,
grillagée en façade, relativement haute, toujours com-
posée en majorité de faux rochers et agrémentée de
branches suspendues et de cordes.

Sur la gauche du sentier de visite se trouve encore la
fosse des gorilles. Au dessus des enclos intérieurs
des singes on peut tout de même observer une cou-
ronne de végétation apportant un minimum de ver-
dure à l’édifice. Enfin, au bout de la maison, on peut
encore admirer une loge intérieure faite de faux ro-
chers et tendus de tuyaux.






Cette structure héberge des orang outans de Sumatra

(Pongo pygmaeus abelii). Le visiteur peut alors res-
sortir de la maison des singes au niveau des orang-
outans, ou redescendre jusqu’à la loge des bonobos
et quitter la bâtisse par là où nous sommes entrés.
Nous allons opter pour cette seconde option.
Loge des orangs-outans
Loge des orangs-outans - avril 2014



Flèche

De retour à l’air libre, nous allons longer l’île des
bonobos et emprunter une passerelle en bois légè-
rement en pentue. Sur la droite de ce ponton,
s’étend une plaine en herbe, creusée d’un grand
bassin et ombragée par un bosquet. Un troupeau
de cobes à ellipse (Kobus ellipsiprymnus
ellipsiprymnus
) y cohabite avec des bongos
(Tragelaphus eurycerus) et des grues couronnées
noires (Balearica pavonina).

Sur la gauche, à quelques encablures des bonobos, se
dresse une autre île de taille moyenne, agrémentée de
structures en bois et de quelques arbres. Elle accueille
les gibbons à favoris blancs (Nomascus leucogenys)
du zoo.


Plaine des cobes
Plaine des cobes - avril 2014
Enclos des potamochères
Enclos des potamochères - avril 2014



Au niveau de l’île des gibbons la passerelle bifurque

légèrement sur la droite, pour former un promontoire
dominant un enclos en herbe, entouré de bambous,
agrémenté de quelques troncs et de rochers. Cette
plaine est le lieu de présentation de guépards
(Acinonyx jubatus).

Mitoyen aux félins, également située en contrebas
du sentier de visite, se trouve un petit enclos en sa-
ble, disposant pour seuls aménagements de quel-
ques souches et de rochers, est consacré à des
potamochères (Potamochoerus porcus).
Plateau des bonobos
Plateau des bonobos - avril 2014
Ile des gibbons
Ile des gibbons - avril 2014



Dans le prolongement des potamochères se trouve

une vaste plaine en sable, jonchée de troncs et de
branches et agrémentée de quelques rochers. Cette
plaine constitue l’enclos principal de rhinocéros
noirs (Diceros bicornis), une espèce que le zoo
reproduit fréquemment.

Face aux mastodontes, sur la gauche, se trouve une
île en herbe, dont l’arrière est délimité par des murs
de faux rochers et dont la monotonie est rompue par
la présence d’arbres et de quelques arbres.


Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - avril 2014


Enclos des orang outans
Enclos des orang outans - avril 2014


Cet espace accueille la famille de mandrills

(Mandrillus sphinx). Enfin, ce sentier en bois longe
une dernière île de grande taille, légèrement vallonnée,
agrémentée d’immenses structures en bois. La famille
d’orang-outans de Sumatra y évolue.

A l’extrémité des anthropoïdes, le visiteur peut soit
tourner sur la gauche et entrer dans la maison des
singes que nous avons découvert au début de la
visite, soit emprunter un escalier situé sur la droite
et revenir au niveau du sol.



Flèche

Au bas de l’escalier, on peut observer, sur la droite,
un enclos entouré de faux rochers. Ces murets sont
percés de plexiglas transparent. Un sol en herbe
planté de quelques arbustes tranche avec le brun
des murets.

Quelques yuccas et des rochers offrent des possibilités
de cachettes aux suricates (Suricatta suricatta) évo-
luant à ce niveau. La suite de la visite nous amène sur
la droite des suricates, pour longer un bras d’eau
calme.

Ce dernier sépare les enclos du sentier de visite et est
bordé côté animal, par des bosquets clairsemés.


Enclos des suricates
Enclos des suricates - avril 2014




Plaine des girafes
Plaine des girafes - avril 2014
Le premier enclos que l’on observe ici est l’enclos
des rhinocéros noirs que nous dominions depuis la
passerelle. Cet espace en sable est doublé d’une
seconde plaine en herbe bien plantée, mise à dis-
position des rhinocéros. Enfin, dans le prolon-
gement du complexe des périssodactyles se dresse
une plaine en herbe et en sable, agrémentée d’ar-
bres morts et entourée par le bras d’eau.

Cette plaine est le lieu d’une cohabitation entre des
girafes réticulées (Giraffa camelopardalis
reticulata
) et des autruches (Struthio camelus).

Le visiteur traverse alors une haie ornementale pour
se retrouver sur un sentier perpendiculaire au précé-
dent. Face au passage se trouve un enclos de petite
taille composé d’un bassin triangulaire s’ouvrant sur
une plage en sable plantée d’un arbre.


Cet ensemble est le lieu de vie d’hippopotames
(Hippopotamus amphibius).  A côté des hippopo-
tames se trouve un complexe de 3 enclos en sable,
dont 2 sont visibles du public. Ces plateaux peuvent
être mis en commun ou séparés de sorte à isoler
leurs pensionnaire. Chaque enclos est séparé du
public par un profond fossé sec.

Le premier enclos est dénudé de tout aménagement
hormis la présence d’une bâche tendue offrant de
l’ombre au groupe d’éléphants asiatiques (Elephas
maximus
) qui y sont présentés. Il est à noter que la
troupe des pachydermes de Fort Worth compte 9
individus dont 2 jeunes nés en 2013.


Bassin des hippopotames
Bassin des hippopotames - avril 2014


Plateau des éléphants
Plateau des éléphants - avril 2014



Le second enclos du complexe que le visiteur longe

jusqu’au niveau de l’enclos des suricates est éga-
lement en sable, mais dispose d’un grand bassin et
de quelques troncs. Enfin, le dernier enclos que l’on
peut apercevoir à travers des interstices entre les
pieux servants de clôture, est consacré au mâle re-
producteur du groupe.

Au niveau de l’enclos des suricates, le visiteur peut
soit contourner l’enclos principal des éléphants, soit
emprunter une passerelle en bois pour découvrir la
zone « Asian Falls ».

Rhinocéros noirs

Rhinocéros noirs - avril 2014
Enclos principal des éléphants
Enclos principal des éléphants - avril 2014



Flèche


Nous allons longer l’enclos des éléphants. Sur la

gauche de ce sentier se trouve une installation rela-
tivement longue mais de faible largeur. Cette der-
nière au sol recouvert de sable, est creusée d’un
bassin dans lequel se jette une cascade. Quelques
rares arbres offrent un peu de verdure à l’ensemble.

Cet enclos est le lieu de présentation du rhinocéros
indien mâle (Rhinoceros unicornis) du zoo. A noter
qu’au dessus de notre tête se trouve la passerelle en
bois « Asian Falls » qui, en l’empruntant, offre une
vision en hauteur de l’enclos des rhinocéros.


Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - avril 2014


Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - avril 2014

Après une pause marquée par un escalier, le visiteur

découvre au bout de l’allée en cul de sac, un second
plateau en sable creusé d’un bassin, agrémenté de
quelques arbres, de rochers.
Plus long que le précédent et de largeur identique, il
héberge la femelle rhinocéros indien ainsi que le dernier
jeune du couple.

Le visiteur monte alors l’escalier les enclos des rhino-
céros pour gagner la passerelle en bois « Asian Falls »
dominant les deux enclos. En poursuivant notre dé-
couverte sur les hauteurs du zoo, nous nous trouvons
plongé dans une forêt de bambous.


Sur la gauche la végétation est interrompue par une
petite prairie consacrée à des anaos des plaines
(Bubalus depressicornis). Face aux bovidés se
trouve un double enclos en terre et en herbe tra-
versé par un ruisseau reliant deux plans d’eau.

Une porte permet de séparer ou de relier ces 2
espaces au sein desquels est présentée une coha-
bitation originale entre de rares cigognes de Storm
(Ciconia stormi), des oies à tête barrée (Anser
indicus
) et des grues à cou blanc (Grus vipio).

Après avoir tourné au cœur de la forêt de bam-
bous, le visiteur ressort de la végétation touffue
et peut observer une série de 3 volières placées
côte à côte.


Plaine des grues
Plaine des grues - avril 2014
Volière des paradisiers
Volière des paradisiers - avril 2014


Ces volières disposent d’un sol en cailloux, sont

plantées de quelques fougères et autres ficus,
tandis que plusieurs lianes ont été suspendues et
servent de perchoirs.

Des trappes de petite taille permettent de séparer
ou de faire cohabiter les paradisiers petits éme-
raude (Paradisaea minor) présentés ici. Le visi-
teur arrive alors vers la partie du zoo la plus élevée.
.


Flèche

Sur la droite, installés à flancs de falaise, se dres-
sent plusieurs plateaux. Le premier dont l’obser-
vation est rendue difficile par les rochers, dispose
d’un sol en terre, d’un bassin relativement grand
et est planté de quelques arbres.

Des tigres blancs (
Panthera tigris) y sont hé-
bergés. Le second plateau, enherbé, agrémenté
d’arbres et de rochers est plus pentu. Un bassin
y a également été creusé et ravine vers le profond
fossé le séparant des tigres blancs.

Ce second plateau accueille des tigres de Malaisie
(Panthera tigris jacksoni). L’espace entre les
deux enclos des félins a été paysagé pour former
une suite de cascades entourées de végétation.



Enclos des tigres
Enclos des tigres - avril 2014

Enclos des hyènes
Enclos des hyènes - avril 2014
L’enclos qui suit est aussi pentu mais plus sec.
Son sol est recouvert de rochers, de cailloux, de
buissons ras et de souches. Des hyènes rayées
(Hyaena hyaena) y vivent.

A ce niveau le visiteur pourra marquer une pause

et se restaurer avant de poursuivre sa découverte
du monde des carnivores.

Sur la droite du sentier se trouvent deux plateaux
de faible largeur, séparés l’un de l’autre par un
bâtiment de nuit. Ces deux enclos sont bordés
par un mur en pierres à l’arrière et par un pro-
fond fossé sec à l’avant. Un sol en herbe planté
de quelques arbustes et de structures en bois
complètent les aménagements.


Cet ensemble est consacré à des lions (Panthera
leo
).

Sur la gauche, face aux lions, le restaurant fait place
à 2 vastes plaines en herbe, en légère pente, plantées
de multiples arbres et agrémentées de rochers. Ces
enclos sont séparés l’un de l’autre par un fossé sec.
Un groupe de zèbres de Grant (Equus burchelli
burchelli
) cohabitent avec des phacochères
(Phacochoerus africanus) dans le premier espace
tandis que le second accueille une cohabitation entre
des calaos terrestres d’Abyssinie (Bucorvus
abyssinicus
), des petits koudous (Tragelaphus
imberbis
) et des gérénuks (Litocranius walleri).


Plateau des lions
Plateau des lions - avril 2014


Enclos des bouquetins
Enclos des bouquetins - avril 2014


Le visiteur poursuit alors son périple africain, pour
arriver à l’extrémité de la plaine des koudous, où se
trouve le pré-parc des antilopes. Face à ce petit en-
clos se trouve une grande structure escarpée, com-
posée d’amas de rochers représentant une falaise
abrupte occupée par des bouquetins de Nubie
(Capra ibex nubiana).

Le visiteur redescend alors sur un sentier sinueux,
pour arriver au niveau d’une terrasse au centre de
laquelle se dresse une volière ovale, dans laquelle
nous pouvons entrer. Cette volière est exclusi-
vement composée de rochers et de branches mor-
tes faisant office de perchoirs.






Elle présente des perruches callopsites (
Nymphicus
hollandicus
) et des perruches ondulées
(Melopsittacus undulates). Des brins de millet sont
vendus et permettent de nourrir ces espèces dome-
stiques.
Volière de contact des perruches
Volière de contact des perruches - avril 2014


Volière de contact des perruches
Volière de contact des perruches - avril 2014
Plaine des zèbres
Plaine des zèbres - avril 2014



Flèche


Le visiteur ressort de la volière et se dirige sur la

droite, vers la section des rapaces « Raptor
Canyon », installée sous de hauts bambous. Ce
complexe se compose de plusieurs volières mito-
yennes, pour la plupart bien végétalisée.

Le sentier de visite passe au centre des volières,
dont la partie droite est pentue, tandis que la partie
gauche est plus plane. La première volière située
sur la droite de l’allée est plantée de hauts arbres
et accueille une espèce peu courante en captivité,
l’aigle couronné d’Afrique (Stephanoaetus
coronatus
).


Volière des aigles couronnés
Volière des aigles couronnés - avril 2014


Volière des condors
Volière des condors - avril 2014
La volière mitoyenne aux aigles couronnés, dis-
pose également d’une falaise rocailleuse et d’un
sol en terre agrémenté de quelques arbustes et
de rochers. Un couple de condors des Andes
(Vultur gryphus) s’y ébat.

Face à ces grands rapaces se trouve une petite
volière disposant pour aménagements de quelques
troncs. Cette installation est le lieu de vie de grands
ducs des Verreaux (Bubo lacteus). A nouveau sur
la droite, des vautours papes (Sarcorhamphus
papa
) partagent leur volière avec des geais à face
noire (
Calocitta colliei). Leur installation en forte
pente, est comparable à celle des condors des
Andes.





Les deux volières qui suivent sont les plus grandes

de toutes celles du canyon. La partie de droite est
reliée à celle de gauche pour former un ensemble
composé d’une partie abrupte et d’une zone plane,
creusée d’un grand bassin et quelque peu végétalisée.

Des harpies féroces (Harpia harpyja) occupent la
première volière tandis que des pygargues de Steller
(Haliaeetus pelagicus) évoluent dans la seconde.

Enfin, avant de quitter le canyon des rapaces, on
peut encore observer, sur la droite, une volière de
petite taille, de forme triangulaire, en pente douce,
consacrée à des buses à épaulettes (Buteo lineatus).
Volière des hiboux de Verreaux
Volière des hiboux de Verreaux - avril 2014


Volière des pygargues
Volière des pygargues - avril 2014



Nous quittons la forêt de bambous et le canyon des

rapaces pour dévier du sentier principal et empru-
nter un petit escalier en pierre situé sur la gauche.

Une fois au bas de l’escalier, nous découvrons un
ensemble de petites volières. Celles de droite en-
cerclent un ancien bâtiment en pierre datant des
débuts du zoo et qui était auparavant consacré à la
présentation de petits primates.



Flèche


Sur la gauche, on peut observer un ensemble de 4

volières de faible profondeur, mais relativement lon-
gues. La première d’entre elle est traversée par un
bras d’eau entouré de berges en terre, plantées de
quelques palmiers.

Cette installation est le lieu de vie de caurales soleils
(Eurypyga helias), de pénélopes à gorge bleue
(Pipile cumanensis) et d’oies de l’Orénoque
(Neochen jubata). La seconde structure, à l’inté-
rieur de laquelle se prolonge le bras d’eau, est plus
densément plantée et agrémentée de nombreux
troncs.


Volière des pénélopes
Volière des pénélopes - avril 2014


Volière des calaos
Volière des calaos - avril 2014

Elle héberge un couple de calaos à casque rouge

(Aceros corrugatus). La troisième volière, tou
jours bâtie sur le même état d’esprit, est consa-
crée à des podarges gris (Podargus strigoides)
et à des sarcelles marbrées (Marmaronetta
angustirostris
).

Enfin, la dernière volière contraste avec les précé-
dentes puisqu’elle ne dispose pas de point d’eau,
est tendue de branches et est plantée d’une végé-
tation rase mais touffue. Elle présente des aras
hyacinthes (
Anodorhynchus hyacinthinus).



En face de ces volières se trouve l’ancienne maison

des petits singes entourée initialement de 6 volières.
Aujourd’hui, certaines séparations ont été démolies
pour offrir un espace plus important aux oiseaux.

La volière située sur la façade proche de l’escalier,
dispose d’un sol en terre, est planté de plusieurs
végétaux et agrémentée de nombreuses souches
servant de perchoirs. Cette volière est le lieu de vie
de kookaburas à ailes bleues (Dacelo gigas) et
de gallicolombes tristigmates (Gallicolumba
tristigmata
).


Maison des oiseaux
Maison des oiseaux - avril 2014


Volière des chouettes à lunettes
Volière des chouettes à lunettes - avril 2014


La volière accolée sur la gauche de celle des koo-

kaburas héberge des chouettes à lunettes (Pulsatrix
perspicillata
). La porte d’entrée du bâtiment inter-
rompt alors la succession des volières. Elle est
décorée de peintures représentant des varis et des
ouistitis.

A l’opposé de la porte se trouve une petite volière
au sol en sable, agrémentée de nombreuses petites
branches. Cette volière où les mailles d’origine ont
été recouvertes d’un grillage à mailles plus petites,
présente une colonie de scissirostres à gros bec
(Scissirostrum dubium).



Flèche


A côté de ces oiseaux au bec prédominant, se trou-

vent 4 loges formant un arc de cercle, qui ont été
reliées entre elles. Ces loges au sol en sable sont bien
plantées. Plusieurs troncs d’arbres y ont été disposés.

Cet ensemble accueille des toucans toco
(Ramphastos toco). Enfin, la dernière loge de cette
maison est plus petite et agrémentée de rochers et
de branches. Elle présente des colins de Virginie
(Colinus virginianus).


Volière des toucans
Volière des toucans - avril 2014



Volière des argus
Volière des argus - avril 2014
La visite se poursuit sur ce chemin secondaire, pour
longer sur la droite, une volière de grande taille, au
sol en herbe, agrémentée de palmiers et autres rinces
bouteilles. Cette volière recréant un morceau de forêt
tropicale est le lieu de vie d’argus géants (Argusianus
argus
), de perdrix roulrouls (Rollulus roulroul) et de
rolliers à ventre bleu (Coracias cyanogaster).

Le visiteur arrive alors au niveau d’une patte d’oie
formée par l’allée principale et le chemin secondaire
que nous venons d’emprunter. A cet endroit nous
allons nous diriger sur la droite, en direction du can-
yon des rapaces, pour découvrir légèrement en ret-
rait de l’escalier emprunté plus tôt, 2 parasols agré-
mentés de branches, plantés au milieu de plantations
de palmiers.


Ces structures verticales sont le lieu de perchoir d’un
ara macao (Ara macao), d’un ara chloroptère (Ara
chloroptera
) et d’un ara militaire (Ara militaris).

Nous retournons alors vers la patte d’oie et poursui-
vons la visite sur la gauche, tout en restant sur le sen-
tier principal. Sur la droite de ce sentier se dresse une
grande volière octogonale en bois, au sol recouvert
d’écorces, plantée de fougères et autres buissons,
représentant les forêts sud-américaines.

Cette volière abrite des dindons ocellés (Meleagris
ocellaris
), des géocoucous (Geococcyx
californianus
) et des geais acahés (Cyanocorax
chrysops
).


Parasols des perroquets
Parasols des perroquets - avril 2014
Volière typique pour oiseaux
Volière typique pour oiseaux - avril 2014



En face des oiseaux sud américains se dresse une

seconde structure du même type, moins végétalisée
et au centre de laquelle a été creusé un bassin.
Cette volière consacrée à l’Afrique abrite des ibis
huppés (Lophotibis cristata), des touracos violets
(Musophaga violacea), des sarcelles hottentotes
(Anas hottentotta) et des anserelles d’Afrique
(Nettapus auritus).

Enfin, le secteur des oiseaux se termine par un dernier
parasol installé au milieu d’un bosquet de bambous.
Ce dernier, identique aux précédents est le lieu de vie
d’un ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus).



La découverte animalière est alors temporairement

stoppée par la traversée d’une zone où des jeux de
type trampolines, tour de chute libre ou escalade
sont proposés aux enfants. Il est à noter qu’une re-
constitution de mouche géante trône à l’entrée de
cette zone.

Ce robot est un des spécimens de l’exposition pré-
sentée dans l’ensemble du zoo qui s’est doté de
modèles agrandis et animés représentant des inse-
ctes.
Exemple d'insecte automate
Exemple d'insecte automate - avril 2014



Flèche

Plus loin sur le sentier se trouve une énième forêt de
bambous que l’on peut traverser pour éviter le sentier
secondaire qui nous conduit vers la zone « Australian
Outback and the big barrier reef » qui, comme son
nom l’indique est consacrée à l’Australie.

Le visiteur emprunte alors une passerelle en bois,
entourant un enclos de forme carré. Cet enclos de
taille moyenne, dispose d’un sol en terre planté de
palmiers et de yuccas.
Des parasols agrémentés de perchoirs en bois se
dressent également au cœur de l’installation. Ces
derniers sont reliés entre eux par des branches.
Des cacatoès rosalbins (Eolophus roseicapillus) y
sont présentés aux côtés de cacatoès de Banks
(Calyptorhynchus banksii) et de rares talégalles
de Latham (Alectura lathami).



Enclos des cacatoès
Enclos des cacatoès - avril 2014


Bac australien
Bac australien - avril
Cette dernière espèce, terrestre, a également ac-
cès à la prairie située sur la gauche de la passerelle.

La passerelle entre alors dans un chalet en bois
abritant plusieurs aquariums consacrés à la grande
barrière de corail. Le premier bac au sol en sable
fin est agrémenté de nombreux rochers sur lesquels
vivent des coraux. Il est animé par des poissons
clowns à 3 bandes (Amphiprion ocellaris), des
chirurgiens rayés (Acanthurus lineatus), des an-
guilles de jardin mouchetées (Heteroconger hassi),
des poissons mandarins (Synchiropus splendidus),
des demoiselles néons (Pomacentrus coelestis),
des chirurgiens à gorge blanche (Acanthurus
leucosternom
), des éléotris décorés (Nemateleotris
decora
), des gobies à 2 ocelles(Signigobius
biocellatus
) et des têtes de renard (Siganus
vulpinus
).



Perpendiculaire au premier bac se trouve le second

aquarium comparable au premier bien que plus
grand, qui est le lieu de vie de poissons cochers
(Heniochus acuminatus), de labres oiseaux
(Gomphosus varius), de chirurgiens olives
(Acanthurus olivaceus), de nasons bruns (Naso
unicornis), de chirurgiens à voile (Zebrasoma
veliferum), de poissons anges à demi cercle
(Pomacanthus semicircularis), de chaetodons
cochers (Chaetodon auriga), de demoiselles
vertes (Chromis viridis) et de labres à opercule
tachetée (Bodianus bimaculatus).


Bac australien
Bac australien - avril 2014




Plaine des kangourous
Plaine des kangourous - avril 2014
Enfin, dans le prolongement du bac des chirur-
giens se trouve le dernier aquarium de grande taille,
agrémenté de quelques rochers. Ce dernier accueille
une cohabitation entre des ballistes noirs
(Melichthys niger), des requins à pointe noire
(Carcharhinus melanopterus), des poissons anges
empereurs (Pomacanthus imperator), des requins
chabots ocellés (Hemiscyllium ocellatum), des re-
quins tapis maculés (Orectolobus maculatus) et des
murènes zébrées (Gymnomuraena zebrata).

La passerelle quitte alors le cabanon des aquariums
et amorce sa descente vers la terre ferme, tout en
traversant une prairie légèrement vallonnée, agré-
mentée de quelques rochers, d’amas de branches et
de buissons. Cette prairie, accessible aux tallégales
est le lieu de vie de kangourous roux (Macropus
rufogriseus
).



Flèche

C’est ainsi que se termine la découverte de l’Australie.
De retour sur le sentier principal, nous longeons une
volière de taille moyenne, relativement sombre, au- sol
recouvert de cailloux, agrémentée de quelques pieux et
buissons. Des alectos à tête blanche (Dinemellia
dinemelli
) y cohabitent avec des faisans de Vieillot
(Lophura ignita).

Plus loin sur la droite du sentier se trouve un enclos
entouré d’une baie vitrée. Cet espace au sol enherbé,
planté de nombreux plamiers et agrémenté de rochers
et de troncs couchés est le lieu de vie de corbeaux à
collier blanc (Corvus albicollus) et de vautours pal-
mistes (Gypohierax angolensis).


Enclos des vautours
Enclos des vautours - avril 2014


Enclos des manchots
Enclos des manchots - avril 2014
Accolé à l’enclos des rapaces, se trouve un bâtiment
climatisé à l’intérieur duquel se poursuit la visite. Cette
bâtisse où les faux rochers prédominent, renferme un
enclos vitré en façade, composé d’un grand bassin
avec vision sous marine et de plage en béton sur le-
quel ont été creusées quelques cavités. Cette instal-
lation est le lieu de vie d’une colonie de manchots du
Cap (Spheniscus demersus) et de gourfous sauteurs
(Eudyptes chrysocome).

Ces manchots disposent également d’un enclos extérieur
que l’on découvre à la sortie de leur maison. Cet enclos
s’organise autour d’un bassin peu profond entouré de
plages en béton et accueille des eiders duvet (Somateria
mollissima
).



Flèche



Le visiteur entre alors dans une des zones les plus

développées du zoo de Fort Worth, « Texas Wild »,
un espace réalisé grace à un généreux donateur.
Cet espace est consacré à la faune indigène de l’en-
semble du Texas. Après avoir traversé un paysage
végétal et aquatique ainsi qu’un cimetière reconstitué
le visiteur se retrouve au cœur d’un village western
reconstitué composé d’une succession de devantures
en bois coloré.


Entrée dans wild Texas
Entrée dans wild Texas - avril 2014


Mini ferme
Mini ferme - avril 2014




Chaque bâtisse accueille une salle de jeux, une boutique

un restaurant. Sur la droite, une grange présente des outils
utilisés dans l’agriculture. Enfin, accolés à cette grange se
dressent plusieurs pré-parcs bétonnés. On pourra y ob-
server un jeune veau (Bos primigenius domesticus) de
race Texas Longhorn, des cochons nains d’Amérique
(Sus scofra domesticus), des poules domestiques (Gallus
gallus gallus
), des canards coureurs indiens (Anas
platyrhynchos domesticus
) ou encore des chèvres de
Boer (Capra hircus domesticus).
Ambiance dans Texas Wild
Ambiance dans Texas Wild - avril 2014
Ambiance dans Texas Wild
Ambiance dans Texas Wild - avril 2014


Ambiance dans Texas Wild
Ambiance dans Texas Wild - avril 2014
Ambiance dans Texas Wild
Ambiance dans Texas Wild - avril 2014


Sur la gauche, à l’arrière du village, on peut également
observer un chemin de fer où circule une locomotive à
vapeur miniature qui amène le visiteur en différents
points du zoo. Au niveau du village cette voie forme une
boucle entourant 2 enclos en sable, l’un étant occupé par
des chevaux (Equus caballus domesticus), le second
 hébergeant un taureau de race Texas longhorn (Bos
primigenus domesticus).


A l’arrière du théatre qui trone au centre du village se
trouve un ensemble de cabanon en bois délabrés
volontairement, représentant l’entrée dans la nature
sauvage. Ce campement « High hills & plains » abrite
plusieurs enclos de petite taille. Sur la gauche se trouve
une volière au sol en terre, dans laquelle ont été dis-
posées quelques branches de sapins ainsi que des
souches.



Enclos des longhrons
Enclos des longhrons - avril 2014
Installation des colins
Installation des colins - avril 2014




Cette volière est le lieu de vie de colins de Virginie

(Colinus virginianus). Une seconde volière
s’étend sur toute la longueur du campement, cette
dernière dispose également d’un sol en sable et de
quelques troncs et arbustes.

Elle héberge une colonie de chiens de prairie
sociaux (Cynomys ludovicianus) et de géo-
coucous (Geococcyx californianus), une es-
pèce que l’on rencontre malheureusement fré-
quemment écrasée au bord des routes texanes.


Enfin, un dernier enclos en terre agrémenté de pins et
de souches est consacré à des renards velox (Vulpes
velox
) qui reste très discrets.

Le visiteur quitte le campement pour revenir dans la
dernière rue du village que l’on quitte en direction de
la forêt. Sur la droite, face aux dernières maisons,
s’étend une plaine ombragée par des arbres clair-
semés et séparée du sentier de visite par un bassin.
Enclos des renards
Enclos des renards - avril 2014



Flèche


Cette prairie est le lieu de présentation de cerfs de

Virginie (Odocoileus virginianus), des dindons
bronzés d’Amérique (Meleagris gallopavo) et des
grues du Canada (Grus canadensis).

Un pont suspendu en bois interrompt le sentier en dur
et nous permet de traverser une zone marécageuse
où des répliques en plastiques d’alligators côtoient un
campement de chercheurs d’or.

Le visiteur arrive alors au niveau d’un appentis en bois
installé au cœur d’une forêt de feuillus filtrant la lumière.


Enclos des cerfs de Virginie
Enclos des cerfs de Virginie - avril 2014


Enclos des loups roux
Enclos des loups roux - avril 2014
Cet édifice en bois est percé de baies vitrées et laisse
entrevoir plusieurs enclos. Sur la droite, on découvre
un grand enclos de type forestier, où les arbres sont
très présents et où le sol naturel est recouvert de feuil-
les mortes. De timides et rares loups roux (Canis
rufus
) y vivent. Cette espèce reste très peu courante
en captivité.

Mitoyen aux loups se trouve un enclos composé d’un
bassin avec vision sous-marine s’ouvrant sur une petite
plage ombragée par de grands feuillus. Des souches en
faux rochers agrémentent l’ensemble qui héberge une
cohabitation entre des alligators du Mississippi
(Crocodylus mississippiensis) et des tortues alligators
(Macroclemys temmincki).


Accolé au bassin des reptiles, se trouve une seconde
structure du même type bien que plus grande. La plage
également végétalisée est entourée de bâtiments en bois.
Le complexe est le lieu de vie d’une famille de loutres
du Canada (Lutra canadensis).

Enfin, le dernier enclos de ce complexe se compose
d’une grande prairie légèrement arborée, délimitée par
un petit fossé en eau. Cet enclos au centre duquel
trône une structure d’escalade en bois, est le lieu de
présentation d’ours noirs (Ursus americana).
Le bassin est accessible aux ursidés et leur permet de
se rafraichir en cas de besoin.


Enclos des loutres
Enclos des loutres - avril 2014


Maison des aquariums
Maison des aquariums - avril 2014


Le sentier en bois est alors barré par une maison de
forme carrée, entièrement en bois, représentant le
port du village. C’est à l’intérieur de cette bâtisse que
se poursuit la visite. Des bouées et autres balises
colorées composent les décors rappelant encore la
zone portuaire.

Sur la droite de l’entrée, un aquarium de taille moyenne,
au sol recouvert de sable et agrémenté de quelques
rochers, présente des maigres ocellés (Sciaenops
ocellatus
). Plus loin se trouve un aquarium circulaire
formant une colonne, dans lequel poussent quelques
végétaux et où des rochers ont été disposés.



Cet aquarium est le lieu de vie de pompanos de Floride

(Trachinotus carolinus). La suite de la visite nous
conduit vers un aquarium de petite taille dont une des
vitres a été conçue de sorte à offrir un effet loupe.

Cette installation encastré dans du bois, présente des
méduses des Antilles (Cassiopea xamachana).

Le visiteur emprunte alors un couloir parallèle au pré-
cédent pour contourner la colonne d’eau et se diriger
vers une barque en bois surélevée, dont l’intérieur a
été transformé en bassin tactile offrant aux visiteurs la
possibilité de toucher étoiles et concombres de mer.
Aquarium des méduses
Aquarium des méduses - avril 2014


Ambiance dans Texas Wild
Ambiance dans Texas Wild - avril 2014
Enclos des ours noirs
Enclos des ours noirs - avril 2014



Flèche

A l’arrière de l’embarcation dans la zone réservée au
personnel, se trouvent plusieurs petits aquariums des-
tinés aux invertébrés.

Enfin, avant de ressortir de ce chalet consacré aux côtes
texanes, on peut observer un dernier aquarium de forme
carré qui était occupé, lors de ma visite par une tortue
imbriquées (
Eretmochelys imbricata).

Ce bac de taille réduite permet de recueillir des animaux
blessé en attendant leur rétablissement pour pouvoir les
relâcher.

Le visiteur ressort alors de la maison et se trouve plongé
dans une volière de grande taille que l’on domine du
ponton en bois sur lequel nous nous trouvons.


Bassin des tortues
Bassin des tortues - avril 2014
Volière côtière
Volière côtière - avril 2014
Cette volière se compose d’un grand bassin entouré
de plages
en sable, plantée de buissons et d’arbres
de taille
moyenne.

Cette structure héberge des pélicans bruns (Pelecanus
occidentalis
), des pélicans américains (Pelecanus
erythrorhynchos
), des spatules roses (Platalea ajaja),
des garrots d’Islande (Bucephala islandica), des gar-
rots albéoles (Bucephala albeola), des harles couron-
nées (Lophodytes cucullatus), des érismatures rousses
(Oxyura jamaicensis jamaicensis) et des souchets
d’Amérique (Anas clypeata).


Le visiteur quitte alors la volière consacrée aux
côtes ouest du Texas pour se diriger vers les montagnes
du sud du pays. Cet espace se compose d’une succession
de volières placées côte à côte. La première volière que
nous découvrons sur la gauche, est bien plantée et agré-
mentée de plusieurs branches. Un bassin a été creusé au
centre de la structure dans laquelle s’ébat un couple de
pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucephalus).

Face aux rapaces, sur la droite du sentier, deux loges
intérieures vitrées ont été installées dans une caverne
faite de faux rochers. Ces loges offrent des possibilités
d’escalade et sont garnies de branches et d’un sol
recouvert d’écorce. La première est le lieu de vie de
bassaris à queue annelée (Bassariscus astutus), tandis
des ocelots (Felis pardalis) sont présentés dans la
seconde.



Volière des pygargues
Volière des pygargues - avril 2014
Volière des coatis
Volière des coatis - avril 2014
Sur la gauche séparée de la volière des pygargues par
le filet, se trouve une seconde volière plantée de grands
arbres ramifiés servant de support à plusieurs structures
d’escalade en bois. Cet enclos est le lieu de vie d’un
groupe de coatis à nez blanc (Nasua narica), une es-
pèce peu courante en Europe mais fréquemment ob-
servée dans les parcs américains.

La visite se poursuit alors en contournant l’enclos des
coatis. En face de celui-ci on trouve un ensemble de 3
enclos mitoyens, délimités par un grillage et recouverts
d’un filet métallique. La taille de ces enclos varie en
fonction des espèces qu’ils hébergent mais reste dans
l’ensemble relativement faible.



Flèche


Tous ces enclos sont conçus suivant le même modèle à

savoir un avant plan en terre agrémenté de rochers dis-
persés, de yuccas et de branches et en arrière plan où
les rochers de couleur jaune s’empilent pour former une
légère pente.

Dans le premier enclos on peut observer des lynx roux
(Lynx rufus), le second héberge des coyotes (Canis
latrans
) alors que le dernier est occupé par des jaguars
(Panthera onca). Face aux jaguars on peut encore
observer la volière des coatis tandis que sur la droite se
trouve un bâtiment dont la façade est percée de 2 baies
vitrées s’ouvrant sur de petites loges intérieures.


Enclos des carnivores
Enclos des carnivores - avril 2014



Volière de contact des passereaux
Volière de contact des passereaux - avril 2014
Ces dernières disposent toutes deux d’un sol en cailloux,
de quelques plantes en pot et de rondins de bois enche-
vêtrés formant des perchoirs. La première loge est oc-
cupée par des vautours auras (Cathartes aura), la se-
conde loge présente des buses de Swainson (Parabuteo
swaisoni
).

Face aux loges des rapaces se trouve une volière de
contact dans laquelle nous sommes invités à entrer.
Cette volière au sol en herbe sèche est bien végétalisée
et entourée de maison aux murs blancs. Elle présente
plusieurs espèces d’oiseaux locaux à savoir : moqueur
polyglotte (Mimus polyglottos) ; faisan de Colchide
(Phasianus colchicus) ; colin écaillé (Callipepla
squamata
) ; tyrans à longue queue (Tyrannus
forficatus
) ; jaseur d'Amérique (Bombycilla
cedrorum
) ; merle d'Amérique (Turdus migratorius).


Le visiteur quitte alors la volière et revient vers le
bâtiment des buses où une dernière loge présente
une buse à queue rousse (Buteo jamaicensis).

Le visiteur traverse alors une zone végétalisée avant
de faire face à une falaise de faux rochers sur lequel
ont été disposées des statuts de bighorns.

Une entrée percée dans la roche nous conduit vers la
dernière zone de « Wild Texas », le noctarium et
vivarium. Cette partie de la découverte sud américaine
se déroule au sein d’un bâtiment représentant une mine
abandonnée.


Volière intérieure typique pour buse
Volière intérieure typique pour buse - avril 2014


Entrée de la mine
Entrée de la mine - avril 2014
Sur la droite de l’entrée, encastré dans le mur se
trouve un vivarium en sable, agrémenté de quelques
écorces. Ce dernier présente des serpents indigos
du Texas (Drymarchon corais erebennus).

Face aux reptiles, installés sous un puit de lumière,
se trouve un ensemble de deux petits enclos visibles
à travers des vitres, installés au cœur de cageots en
bois.
Ces deux structures disposent d’un sol en sable, sont
plantées de rares graminées et agrémentées de plan-
ches. La première est le lieu de vie de rats kan-
gourous d'Amérique (Dipodomys merriami), tandis
que des lézards cornus du Texas (Phrynosoma
cornutum
) évoluent dans le second.



Flèche

En descendant dans les profondeurs de la grotte,
la lumière se fait de moins en moins brillante.
Sur la droite un vivarium sombre héberge des
crotales diamantins (Crotalus atrox) qui évoluent
au milieu d’un désert de sable. Situé au dessus
des crotales se trouve un petit terrarium installé
dans une anfractuosité rocheuse, espace occupé
par des serpents tête cuivrée à larges bandes
(Agkistrodon contortrix laticinctus).

Enfin, au fond de la mine et de la bâtisse se trouve
une vaste loge intérieure, agrémentée de faux ro-
chers et présentant une colonie de rares chauves
souris blondes (Antrozous pallidus), une espèce
qui n’est visible que dans une poignée de parcs
américains, et des petites chauves souris à long
nez (Leptonycteris nivalis).



Terrarium de la mine
Terrarium de la mine - avril 2014

Terrarium de la mine
Terrarium de la mine - avril 2014
Le visiteur entame alors sa remontée vers la terre
ferme, tout en restant plongé dans la mine. Sur la
droite, un terrarium en sable planté de quelques
végétaux desséchés, et agrémenté de branches
est le lieu de présentation de fourmis rouges
(Pogonomyrmex barbatus).

Face aux fourmis se trouve un ensemble de petits
vivariums en mousse ou en sable accueillant des
insectes et autres mygales. On pourra succes-
sivement y voir des fourmis du Texas (Atta
texana
), des silphes d'Amérique (Necrophilia
americana), des centipèdes à tête rouge
(
Scolopendra heros), des scorpions fouets
(Mastigoproctus giganteus), des mygales
brunes du Texas (
Aphonopelma anax) et des
milles pattes du désert (
Orthoporus ornatus).


Face aux insectes se dresse un vivarium dont la
partie basse est en aquavision et s’ouvre sur une
plage de mousse est le lieu de vie de salamandres
à points noirs (Notophthalmus meridionalis
meridionalis
).

Dans le prolongement des tritons se trouvent en-
core deux aquariums de grande taille au fond
desquels on retrouve une plage en mousse.
Le premier aquarium présente des cyprinodons
de Pecos (Cyprinodon pecosensis), une es-
pèce proche de l’extinction, qui fait l’objet d’un
programme d’élevage.




Mur des insectes
Mur des insectes - avril 2014
Mur des insectes
Mur des insectes - avril 2014



Des tortues du Rio Grande (
Pseudemys gorzugi)
nagent pour leur part dans le second bac. Plus loin le
visiteur arrive au niveau d’une salle où, sur la droite,
un enfoncement en bois permet de découvrir plusieurs
terrariums consacrés à d’autres insectes.

C’est ainsi que l’on peut voir des scarabés difformes

(Phanaeus difformis), des cloportes communs
(Armadillidium vulgare), des coccinelles de Pinacare
(Eleodes obscurus), des araignées sauteuses
(Salticidae sp.), des hyménoptères rouges
(Dasymutilla occidentalis), des veuves noires
(Latrodectus mactans), des recluses brunes
(Loxosceles reclusa), des araignées loups (Rabidosa
rabida
), des dytiques marbrés (Thermonectus
marmoratus
) puis des phasmes du Texas
(Phasmiatidae sp.).





Le visiteur quitte alors cette maison soit directement

soit après être passé dans une salle pédagogique où
un film est projeté. Le sentier retourne alors au cœur
du village texan que nous retraversons pour quitter
« Texas Wild » et emprunter le sentier principal
parallèle au chemin secondaire qui nous a guidé vers
le secteur américain.
Terrarium de la mine
Terrarium de la mine - avril 2014



Flèche

Cette partie semble être une des plus ancienne du zoo.
Sur la droite du chemin, à l’arrière des buissons, se
dresse une grande volière au sol en herbe, agrémentée
de nombreux arbustes taillés et d’un bassin, au sein de
laquelle s’ébattent des jabirus du Sénégal
(Ephippiorhynchus senegalensis).
Plus loin, un second enclos du même type mais sans
filet sur le dessus, héberge des grues de Mandchourie
(Grus japonicus).

Sur la droite de l’allée, à l’extrémité de l’enclos des
grues, un petit chemin bifurque sur la droite en direc-
tion d’une terrasse discrète, bordée par une grande
volière s’organisant autour d’un bassin central, agré-
menté de berges en herbe et plantée d’arbres touffus
sur l’ensemble du pourtour.



Volière des jabirus
Volière des jabirus - avril 2014
Volière des ombrettes
Volière des ombrettes - avril 2014

Cette volière représentant les zones marécageuses

africaines, héberge des becs ouverts africains
(Anastomus lamelligerus), des tantales d’Afrique
(Mycteria ibis), des ombrettes (Scopus umbretta)
et des sarcelles du Cap (Anas capensis).

Le visiteur revient alors sur le sentier principal et traverse
une forêt vierge de tout enclos mais où l’exposition sur
les insectes géants se poursuit. A l’extrémité de la forêt,
sur la droite, se dresse un enclos organisé autour d’un
bassin fait de faux rochers, entouré de berges en sable
plantées de palmiers.



Cet enclos est l’enclos extérieur des varans de Komodo

(Varanus komodensis) du zoo. Face aux lézards, un
petit sentier bifurque sur la gauche et nous conduit vers
une allée secondaire de sorte à traverser le « Waterfall
walk », un espace consacré aux anatidés.

Il s’agit d’une succession de plan d’eau communiquant,
mais séparés les uns des autres par un grillage. Des berges
caillouteuses ou agrémentées d’écorces entourent l’eau et
sont bien végétalisée, plantée de grands arbres mais aussi
et surtout de buissons.


Terrarium extérieur des varans
Terrarium extérieur des varans - avril 2014


Bassin des anatidés
Bassin des anatidés - avril 2014
Des rochers et des troncs d’arbres complètent les aména-
gements. Le premier enclos est le lieu de vie de cygnes à
col noir (Cygnus melanocoryphus), de dendrocygnes à
ventre noir (Dendrocygnus autumnalis), de canards à
lunettes (Anas specularis), de harles couronnés
(Lophodytes cucullatus), d’érismatures rousses (Oxyura
jamaicensis jamaicensis
), de canards carolins (Aix sponsa)
et de grues demoiselles (Anthropoides virgo).

Sur la gauche, face aux cygnes, légèrement en retrait du
sentier de visite, se trouve un autre enclos en herbe, agré-
menté de pierres et d’un bassin, est consacré au continent
noir représenté ici par des grues caronculées (Bugeranus
carunculatus
) et des oies armées de Gambie
(Plectropterus gambensis).



Flèche

Accolé aux grues caronculées se trouve un second enclos
du même type dont la clôture grillagée est doublée d’une
haie de bambous. Cet enclos est le lieu de vie de grues an-
tigones (Grus antigone).

Face aux échassiers, se trouve un bassin de forme ovale,
plus petit que celui des cygnes. Ce dernier, entouré de
berges en galets est consacré à des canards à lunettes
(Anas specularis). Enfin nous contournons le bassin des
anatidés pour gagner revenir sur le sentier principal bordé
sur la droite par un groupe de flamants nains
(Phoenicopterus minor), qui vit autour d’une lague de
faible profondeur mitoyenne au bassin des cygnes à col
noir.


Enclos des grues
Enclos des grues - avril 2014




Etang des harles
Etang des harles - avril 2014
Ces flamants partagent leur espace avec des sarcidiornes
(Sarkidiornis melanotos melanotos), des sarcelles baïkal
(Anas formosa), des dendrocygnes veufs (Dendrocygna
viduata
) et des nettes brunes (Aythya erythrophthalma).

A ce niveau nous allons tourner sur la gauche de sorte à
poursuivre sur l’allée principale bordée sur la droite, par
un plan d’eau au centre duquel trône une petite île ar-
borée.

Ce plan d’eau est lui-même entouré de berges en terre
végétalisées. Des harles couronnées (Lophodytes
cucullatus
) y cohabitent avec des canards à bec tacheté
(Anas poecilorhyncha), des canards mandarins (Aix
galericulata
), des tadornes radjah (Tadorna radjah),
des nettes d’Amérique (Nette erythrophthalma), des
sarcelles à faucilles (
Anas falcata) ou encore des éris-
matures rousses (Oxyura jamaicensis).



Flèche


Le visiteur contourne alors cet enclos, pour arriver

devant un panneau marquant l’entrée dans la der-
nière réalisation du zoo de Fort Worth « MOLA »
(Museum Of Living Art traduit par le musée de
l’art vivant), zone abritant le vivarium du zoo.

Sur la gauche du sentier, se dresse un enclos délimité
par de hautes baies vitrées. Ce dernier composé d’un
grand bassin avec vision sous marine dans lequel flot-
tent des racines, relié à une vaste plage en sable fin
plantée de quelques souches et de quelques arbres et
autres herbes de la pampas.


Entrée de MOLA
Entrée de MOLA - avril 2014


Enclos des gavials
Enclos des gavials - avril 2014

Ce complexe de taille moyenne est occupé par des

gavials du Ganges (Gavialis gangeticus), par des
tortues à carapace molle (Chitra chitra), des tortues
à nez de cochon (Carettochelys insculpta), des
poissons couteaux (Chitala chitala), des gouramis
nains (Colisa lalia), des barbeaux requins
(Balantiocheilos melanopterus), des danios zébrés
(Brachydanio sp.), des épalzéos (Epalzeorhynchus
kallopterus
), des xénotodons d'Asie (Xenentodon
cancila
), des batagurs de Bornéo (Batagur
borneoen
sis), des pangasius géants (Pangasius
sanitwongsei
) et des barbus (Puntius ssp.). 


Dans le prolongement de l’installation des gavials
se trouve un second enclos du même type, légè-
rement plus petit et moins végétalisé, occupé par
des crocodiles indo pacifique (Crocodylus
porosus
).
Face aux crocodiliens s’étend une plaine en herbe
de petite taille, ombragé par de grands feuillus et
creusé d’un bassin.

Ce dernier est occupé par un groupe de tortues
d’Aldabra (Geochelone gigantea). Enfin, ac-
colée à la façade de l’édifice se trouve une
volière recouvrant un bassin duquel surgissent de
multiples branches, consacré à des varans de
Salvatori (Varanus salvatori).


Enclos des tortues géantes
Enclos des tortues géantes - avril 2014
Terrarium des varans de Salvatori
Terrarium des varans de Salvatori - avril 2014
Le visiteur entre alors à proprement dans le bâtiment
abritant le vivarium du zoo considéré, avec celui de
Dallas, comme le plus grand du Texas. Pour la petite
anecdote, l’ancienne maison des reptiles ayant été
détruite, il a été décidé de conserver les poignées de
porte de cette bâtisse, pour les réutiliser sur les
nouvelles portes.
Ces poignées historiques, vestiges de l’ancien temps,
sont sculptées et représentent un cobra. Dans le sas
d’entrée, se dresse un grand terrarium bine végétalisé
où plusieurs lianes sont suspendues.

Cet espace est le lieu de vie de pythons verts des arbres
(Morelia viridis).



Flèche

Le visiteur entre dans la première grande salle du vivarium.
Cette dernière, sobre, accueille une succession de terrariums
végétalisés, superposés pour certains. De multiples panneaux
pédagogiques complètent les décors. Au bout du premier
couloir se trouve un autre couloir entouré de 2 vastes loges
intérieures composées d’un bassin avec vision sous-marine et
de plages végétalisées et agrémentées de souches et de
troncs.

Celle de droite représente un écosystème africain
occupé par des cichlidés de Jewel
(Hemichromis bimaculatus), des synodontis
(
Synodontis eupterus), des cichlidés zébrés
(Haplochromis obliquidens), des tilapias
(Oreochromis niloticus), des pelamtos
(Pelvicachromis pulcher), des tétras du Congo
(Phenacogrammus interruptus), des crocodiles
nains (
Osteolaemus tetraspis) et des grenouilles
de Tanzanie (Leptopelis vermiculatus).




Ambiance dans Mola
Ambiance dans Mola - avril 2014
Aqua terrarium africain
Aqua terrarium africain - avril 2014
Sur la gauche en revanche c’est l’Amérique du Sud
qui est à l’honneur avec la présentation de poissons
hachettes marbrés (Carnegiella strigata), de tétras
cardinalis (Paracheirodon axelrodi), des dollars
argentés (Metynnis argenteus), des raies d'eau
douce (Potamotrygon motoro), des lézards
caïmans (
Dracaena guianensis), des tortues mata-
matas (Chelus fimbriata) et des podocnémydes
de l'Orénoque (
Podocnemis vogli).

Le visiteur arrive alors sous un dôme qui laisse
traverser la lumière. Sur la gauche de cet octo-
gone se trouve un aquarium en demi-cercle, de
taille moyenne, agrémenté de rochers et autres
graviers.


Ce dernier est consacré à des salamandres géantes
de Chine (
Andrias davidianus). Face aux salaman-
dres, une porte nous invite à prendre un bol d’air
dans un espace intérieur.

Cette cour est entourée par l’enclos des anatidés,
des tortues et des varans de Salvator. Sur la droite
de la sortie, accolée aux baies vitrées du vivarium,
se trouve une presqu’île en sable, agrémentée de
palmiers, sur laquelle sont présentés des ibis rouges
(Eudocimus ruber).

Le sentier contourne un petit enclos situé au centre
de la cour. Ce dernier en herbe et en sable est
planté de deux parasols servant de perchoirs à un
ara à gorge bleue (Ara glaucogularis), à un ara de
Lafresnaye (Ara rubrogenys) et à un ara hyacinthe
(Anodorhynchus hyacinthinus).




Presqu'ile des ibis
Presqu'île des ibis - avril 2014

Ile des makis
Ile des makis - avril 2014
Sur la gauche, une île agrémentée d’un arbuste et
de faux rochers, héberge des makis cattas (Lemur
catta
). Au fond de la cour, on peut observer la
plaine des tortues d’Aldabra d’un autre point de
vue, avant de découvrir une volière légèrement en
retrait du sentier, volière dans laquelle ont été dis-
posées de multiples branches.

Cette structure présente une famille de tamarins
lions à tête dorée (Leontopithecus chrysomelas).

Le visiteur rentre alors à nouveau dans le bâtiment
M.O.L.A. pour continuer sa visite dans une salle
sombre consacrée aux petits lézards et aux amphi-
biens avant d’emprunter un autre couloir bordé par
deux grands aqua-vivariums consacrés à deux éco-
systèmes différents.


Aquarium des salamandres
Aquarium des salamandres - avril 2014


Enclos des perroquets
Enclos des perroquets - avril 2014
Ambiance dans MOLA
Ambiance dans MOLA - avril 2014
Volière des tamarins
Volière des tamarins - avril 2014



Flèche

Celui de gauche représente les eaux douces tropi-
cales océano-asiatiqes avec ses rasboras arlequins
(Trigonostigma heteromorpha), gouramis nains
(Colisa lalia), danios zébrés (Danio rerio), pois-
sons archers (Toxotes chatareus) et ses varans
jaunes coings (Varanus melinus).

En face de la structure dédiée aux eaux océaniennes,
le visiteur reste sur le continent asiatique et peut ob-
server au cœur du second terrarium, des loches
zébrées (
Botia striata), des barbus torpilles à ligne
rouge (Crossocheilus denisonii), des crapaux à
points jaunes (Pedostibes hosii), des scinques
émeraudes (Lamprolepis smaragdina) et des hy-
drosaures des Philippines (Hydrosaurus pustulatus).


Aqua terrarium asiatique
Aqua terrarium asiatique - avril 2014
Ambiance dans MOLA
Suite à ces vivariums nous entrons alors dans la der-
nière section du complexe M.O.L.A. pour découvrir
une salle consacrée aux milieux secs et arides.

Nous quittons alors le vivarium du zoo de Fort Worth
pour nous retrouver au niveau de l’enclos extérieur
des varans de Komodo déjà observé précédemment.

A ce niveau, nous allons longer le bâtiment M.O.L.A.
de sorte à passer à l’arrière de l’île des lémuriens, du
bassin des tadornes radjahs, du vivarium des gavials
du Ganges et arriver au niveau d’une bordée sur la
gauche par la plaine des petits koudous puis l’enclos
extérieur des gorilles, avant de bifurquer sur la droite
et d’emprunter un petit sentier sillonnant au cœur d’un
bosquet de bambous et se transformant en un pont
traversant et divisant une lagune peu profonde en 2.



Chaque partie de la lagune se compose d’un bassin

profond accolé à des berges en herbe plantées de
bambous et autres buissons. La passerelle en bois
permet de maintenir les plus grandes espèces sépa-
rées.

En revanche, les bassins communiquant, les anatidés
ont accès aux deux enclos. Celui de droite est occupé
par une colonie de flamants rouges (Phoenicopterus
ruber
) tandis que celui de gauche héberge des flamants
du Chili (Phoenicopterus chilensis).


Lagune des flamants rouges
Lagune des flamants rouges - avril 2014


Dendrocygnes à lunulles
Dendrocygnes à lunulles - avril 2014
Parmi les anatidés qui évoluent dans ce complexe, on
pourra observer des harles couronnées (Lophodytes
cucullatus
), des sarcelles hottentotes (Anas hottentota),
des dendrocygnes fauves (Dendrocygna bicolor), des
sarcelles marbrées (Marmaronetta angustirostris), des
sarcidiornes d’Amérique (Sarkidiornis melanotos
sylvicola
), des tadornes radjahs (Tadorna radjah), des
bernaches à cou roux (Branta ruficollis), des nettes
rousses (Netta rufina), des sarcelles à collier (Callonetta
leucophrys
), des nettes peposacas (Netta peposaca),
des fuligules morillons (Aythya fuligula), des dendro-
cygnes à lunulles (Dendrocygna arcuata) et des érisma-
tures à tête blanche (Oxyura leucocephala).





Le visiteur quitte alors le bosquet de bambous et la

lagune des flamants pour se retrouver sur la grande
place bordant l’enclos des gorilles et la maison des
singes.

Nous rejoignons alors les portiques d’entrée, tra-
versons la boutique et quittons le zoo de Fort Worth.
Lagune des flamants
Lagune des flamants - avril 2014



Flèche

Caméléon tri cornes
Caméléon tricorne - avril 2014


En conclusion, le zoo de Fort Worth présente une collection

plus impressionnante que le zoo de Dallas. Ces deux parcs
situés non loin l’un de l’autre rivalisent entre eux pour avoir
une des plus grandes collections de reptiles.

Celle du zoo de Fort Worth bénéficie d’un tout nouveau
bâtiment mettant en valeur les multiples espèces présentées.
Les enclos sont pour la plupart de bonne facture et de taille
 correcte.


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés