Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens

Gladys Porter Zoo


Gladys Porter Zoo
500 E Ringgold Street
Brownsville TX 78520
Etats Unis

Tel : +1 956 546 7187

www.gpz.org


Logo du zoo


Je tiens à remercier chaleureusement Nathalie pour son accueil et l'ensemble des informations qu'elle m'a donné lors de ma visite.

I would like to thank and be very gratefull to Nathalie who welcomes me in Brownsville and who give me a lot of information.





Tarifs d'entrée 2014
Horaires d'ouverture 2014
Présentation du zoo
Les gorilles, les phoques et les ours
Le secteur des oiseaux
La mini ferme
Les céphalophes, oiseaux et reptiles
Les antilopes, girafes, tigres et l'aquarium

Guib arnaché
Guib arnaché - mars 2014

Les bongos et les carnivores africains
Les dromadaires, rhinocéros et les gibbons
Les gaurs et les singes asiatiques
L'Australie
Le noctarium et les crocodiles
Les cerfs, pygargues et la serre des oiseaux
Les volières de la serre, les atèles et lézards
Conclusion



Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)





Tickets individuels

     Adulte :                     10,00 $ (7,48 €)
     Enfant (2 à 13 ans) :    7,00 $ (5,24 €)
     Senior (+ de 65 ans) : 8,50 $ (6,36 €)
Opposum de Virginie
Opposum de Virginie - mars 2014



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif)


Daguet rouge
Daguet rouge - mars 2014




Ouvert tous les jours
  du lundi au vendredi : 9h00 à 17h00
  du samedi au dimanche : 9h00 à 17h30



Flèche

Présentation du parc

Le Gladys Porter Zoo se situe dans la ville de Brownsville,
au sud du Texas, sur la frontière mexicaine. Le parc porte
le nom de sa fondatrice, Gladys Porter, riche héritière dont
la famille a créé une fondation qui met en place des parcs de
loisirs
et bâtiments d’accueil pour le public.

A la base, le parc zoologique , ouvert en 1968 a été conçu
selon le
principe du « 0 barrières ». Les enclos actuels témoignent
encore de cette architecture. La majorité des animaux
ont été importés directement d’Afrique et d’Asie et de
nombreuses antilopes encore visibles aux Etats Unis
descendent de souches de Brownsville.
Bontebok
Bontebok - mars 2014




Flèche

Après avoir traversé l’entrée en bois, le visiteur est plongé
dans un espace où les enclos sont pour la plupart délimité
par des fossés et des murets de couleur rose à ocre.

De nombreux palmiers caractérisent le climat sec et océa-
nique qui entoure la ville. Tout droit, le visiteur découvre la
première île du zoo. Cette dernière entourée d’un fossé
peu profond, et de nombreux amas de faux rochers, se
termine en un plateau herbeux sur lequel ont été plantés
plusieurs troncs morts.
Un groupe reproducteur de gorilles (Gorilla gorilla) y est
hébergé. Nous débutons notre visite sur la gauche.

Le long de cette allée se dresse la boutique du zoo, un bâ-
timent octogonal entièrement recouvert de bois.


Ile des gorilles
Ile des gorilles - mars 2014
Enclos des gazelles à cou roux
Enclos des gazelles à cou roux - mars 2014
Plus loin sur la gauche, se trouve un plateau en sable,
composé d’une succession de petites terrasses.
L’ensemble est bien végétalisé et accueille un groupe
de jeunes gazelles à cou roux (Nanger ruficollis).

Dans le prolongement de la plaine des gazelles, se trouve
un second enclos plus petit, au sol en terre, planté de
quelques palmiers et d’autres citrus, consacré à de rares
daguets rouges (Mazama americana).

Le visiteur arrive alors au niveau d’une patte d’oie
s’ouvrant sur 3 sentiers distincts. Nous allons en
premier lieu emprunter le sentier le plus à gauche.
Ce dernier remonte légèrement, pour gagner une
zone où les faux rochers emplissent le paysage.




Sur la droite, un triangle laissé à l’état naturel semble

laissé à l’abandon tellement les buissons y sont
développés. Il accueille en fait un couple d’oies
céréopses (Cereopsis novaehollandiae).

En face des anatidés, se trouve une plage de faux
rochers, s’ouvrant sur un bassin circulaire, le tout
étant recouvert d’une toile faisant de l’ombre aux
phoques veaux marins (Phoca vitulina) qui y
évoluent.


Enclos des phoques
Enclos des phoques - mars 2014


Fosse pour ours
Fosse pour ours noirs - mars 2014



Le visiteur rejoint alors la zone des ursidés. Cette der-

nière se compose de 3 enclos distincts, tous conçu
selon le même principe. Ils sont séparés du sentier de
visite par un profond fossé en eau, sont agrémentés de
nom
breux faux rochers formant le relief et aménagés de
points d’herbe et de troncs pour donner un aspect plus
naturel à l’ensemble.

La première espèce que l’on découvre est l’ours à lunettes
(Tremarctos ornatos). Des ours noirs (Ursus
americanus
) occupent le second enclos tandis que
le dernier est le lieu de vie d’ours malais (Helarctos
malayanus
).
Enclos des daguets
Enclos des daguets - mars 2014
Enclos des ours malais
Enclos des ours malais - mars 2014



Flèche

A la fin de la zone des ours, le visiteur peut soit pour-
suivre sur le sentier principal, soit bifurquer sur la droite,
pour emprunter l’allée des volières. Nous allons choisir
la seconde option. Cette allée est donc bordée de part
et d’autre par un ensemble de volières de taille moyenne.

Toutes ces volières en structure métallique, sont légè-
rement surélevées par rapport au niveau du sol, dis-
posent d’un sol naturel en terre et sont agrémentées
de perchoirs en bois. La première structure, située sur
la droite, est consacrée à des amazones à ailes oranges
(Amazona amazonica) et à des faisans communs
(Phasianus colchicus).

La seconde volière de droite, est le lieu de vie de geais
à face noire (Calocitta colliei) et de grands hoccos
(Crax rubra).



Allée des volières
Allée des volières - mars 2014

Volière des aras
Volière des aras - mars 2014


Un ara macao (Ara macao) et un ara chloroptère (Ara
chloroptère
) vivent dans la troisième volière de cette
rangée. La quatrième et dernière volière de droite est le
lieu de vie de conures soleil (Arantinga solsitialis) et
de mot-mot houtouc (Momotus momata).

Au bout de la rangée de volières se trouve l’enclos des
oies céréopses, en face duquel a été construit un autre
enclos du même type, planté de nombreux bambous,
consacré à des chaunas (Chauna torquata).
A l’extrémité de l’allée des chaunas, le visiteur revient
au niveau de la place bordant l’enclos des daguets.

Sur la gauche de cette place, un porche de type mexicain,
comportant une cloche, marque l’entrée de la mini ferme
du zoo à l’intérieur de laquelle se poursuit la visite.
Enclos des chaunas
Enclos des chaunas - mars 2014
Volière des psittaciformes
Volière des psittaciformes - mars 2014



Flèche

Après avoir franchi le porche, le visiteur peut observer
sur la gauche, un enclos de petite taille entièrement
bétonné. Quelques rondins complètent l’ensemble qui
accueille des porc-épics à crête (Hystrix cristata).

Face aux rongeurs se trouvent 3 loges de tailles mo-
yennes. La première dispose d’un sol en sable et est
agrémentée de nombreux rochers. Elle est le lieu de
vie de suricates (Suricata suricatta).

La seconde, également destinée aux suricates est
aménagée de sable, branches et foin. Enfin, accolée
à la petite loge des suricates se trouve la troisième
structure, tendue de branche, et consacrée à des
petits ducs maculés (Otus asio).


Enclos des porc-épics
Enclos des porc-épics - mars 2014
Volière pour petits singes
Volière pour petits singes - mars 2014
Sur la gauche de l’allée, face aux suricates, se dres-
sent deux volières doublées d’une loge intérieure
vitrée.
Chaque volière est dénudée de végétations et de
multiples branches y ont été installées. Les loges
intérieures sont aussi agrémentées de branches.
Cette structure est le lieu de vie de tamarins à mains
rousses (Saguinus midas) pour la première et de
tamarins pinchés (Saguinus oedipus) pour la seconde.

De retour sur la droite, on découvre le bâtiment central
de la mini ferme, dont les murs sont percés de nombreux
terrariums. Des gerbilles de Mongolie (Meriones
ungiculatus
) évoluent dans un environnement fait de
branches et de sciure.


Le second vivarium identique au précédent en termes
d’aménagements, présente des souris épineuses
(Acomys cahirinus).
Une troisième loge au sol recouvert de sciure est agré-
mentée de cartons d’emballage et autres cageots et est
le lieu de vie de furets (Mustela putoris furio).

Le visiteur se dirige alors sur la gauche, en direction d’un
second bâtiment à l’intérieur duquel se poursuit la visite
Ce bâtiment se divise en 4 loges distinctes, toutes vitrées
en façade, agrémentées d’un sol en paille et de quelques
branches.

Les 2 premières loges ont été mises en commun et pré-
sentent un mâle hurleur noir du Yucatan (Alouatta
pigra
).



Loge pour petits mammifères
Loge pour petits mammifères - mars 2014
Loge typique pour paresseux
Loge typique pour paresseux - mars 2014
Les 2 loges qui suivent également mises en commun, sont
consacrées respectivement à des saïmiris (Saimiri
sciureus
), des tatous à neuf bandes (Dasypus
novemcinctus
) et à des coendus (Coendu prehensilis)
pour la première puis à des paresseux de Linné
(Choloepus didactylus) cohabitant avec des paresseux
de Hoffmann (Choloepus hoffmanni) dans la seconde.

Le visiteur ressort alors de la maison des mammifères sud
américains pour poursuivre sa découverte de la mini ferme.

Après avoir contourné le bâtiment central, on peut observer
une succession de 2 enclos extérieurs relativement longs.
Au fond de chaque enclos se trouvent des boxes d’isolement.
Le premier enclos accueille des poneys shetland (Equus
caballus
) et un zébu (Bos primigenius).


Tandis que le second, de contact, présente des cochons
(
Sus scrofa domesticus), des chèvres (Capra hircus),
des moutons (
Ovis aries) et des poules naines (Gallus
gallus
).

Face aux enclos des animaux domestiques, encastrés
dans un des murs du bâtiment central
se trouvent encore
3 terrariums de petite taille, au sol recouvert
de sciure
et agrémentés de branches.


Le premier de ces terrariums est le lieu de vie d’accouchis
(Myoprocta acouchy), le second présente des chinchillas
(Chinchilla laniger) tandis que le dernier est consacré à
des suricates. Le visiteur regagne alors le porche marquant
l’entrée dans cette zone, pour revenir sur la place des
daguets.

Enclos de la mini ferme
Enclos de la mini ferme - mars 2014



Flèche


Sur la gauche de celle-ci, un sentier longe un enclos entouré

de hauts murs en faux rochers rouge ocre. Cet enclos en
herbe, planté de palmiers était occupé, jusqu’en décembre
2013, par la star des lieux, Taz la dernière céphalophe de
Jentink présenté en captivité. Depuis sa mort, l’enclos est
occupé par des céphalophes à dos jaune (Cephalophus
silvicultor
).

Le visiteur revient alors sur ses pas pour réemprunter
l’allée des volières et découvrir le côté non observé
lors du premier passage. Sur la droite, dans le prolon-
gement de l’enclos des chaunes, se dressent quelques
volières.


Enclos des céphalophes
Enclos des céphalophes - mars 2014


Volière des caracaras
Volière des caracaras - mars 2014

La première, agrémentée de nombreux perchoirs en

bois et de quelques rochers, est le lieu de vie de
caracaras couronnés (Caracara cheriway). A côté
des rapaces, dans une volière relativement spacieuse,
agrémentée de troncs morts et de quelques cactus,
vivent de grands hoccos (Crax rubra) et des conures
vertes (Psittacara holochlorus).

Le visiteur est alors de retour au niveau de l’enclos des
ours à collier. Nous allons poursuivre notre visite sur la
droite. Cette allée borde, sur la droite, un bâtiment
carrelé dont l’intérieur est visible au travers d’une vitre.


Plusieurs gros troncs ont été déposés dans ce bâtiment
et forme des agrès en bois pour le groupe de colobes
d’Angola (Colobus angolensis) qui y évolue.
La pièce mitoyenne, dont le plafond est percé d’une
ouverture lumineuse, agrémentée de structures en bois,
constitue l’enclos principal des colobes.

Face aux singes, se trouve un enclos séparé du sentier
de visite par un fossé en eau. Ce plateau en sable,
ombragé par de grands arbres, est le lieu de présentation
de sangliers à barbe (Sus barbatus), une espèce
relativement peu courante dans les zoos américains. A
côté des sangliers, dans un enclos entouré de hauts murs
s’étend un petit en sable, doté d’un bassin.


Enclos des colobes
Enclos des colobes - mars 2014
Enclos des grues de Paradis
Enclos des grues de Paradis - mars 2014


Des yuccas et d’autres plantes florales ont été adjoints à
l’ensemble qui est occupé par un couple de grues du
Paradis (Antrhopoides paradisea).

Face aux oiseaux et suidés, se trouve une petite place au
centre de laquelle un rond a été creusé. Ce cercle est en
fait divisé en 2 petits enclos en sable, dotés chacun d’un
bassin, bien plantés et agrémentés de rochers et de sou-
ches.

Cet espace est consacré à plusieurs reptiles. C’est ainsi
que des tortues rayonnées (Geochelone radiata) vivent
dans le premier enclos et que des caïmans nains
(Paleosuchus palpabrosus) ont été installés dans le
second.
Enclos des sangliers à barbe
Enclos des sangliers à barbe - mars 2014
Enclos des reptiles
Enclos des reptiles - mars 2014


Enclos des reptiles
Enclos des reptiles - mars 2014





Flèche


Face à l’installation des caïmans, un sentier bifurque sur la

droite pour longer un grand enclos en sable, agrémenté
de quelques hauts arbres.
Cet enclos consacré à l’Afrique présente des grands kou-
dous (Tragelaphus strepsiceros) en compagnie
d’autruches (Struthio camelus).

Accolé à la plaine des koudous, le visiteur retrouve l’enclos
des céphalophes. Nous allons alors revenir sur nos pas,
jusqu’à l’installation des grues du Paradis, pour poursuivre
notre visite.


Plaine des koudous
Plaine des koudous - mars 2014


Enclos des guibs harnachés
Enclos des guibs harnachés - mars 2014

Dans le prolongement des échassiers, se trouve un ensemble

de deux enclos au sol en sable, où les murs en faux rochers
forment des recoins où les animaux peuvent se soustraire à
la vue des visiteurs. Quelques arbres mettent un peu de ver-
dure à l’ensemble. Ces plateaux sont consacrés à un groupe
reproducteur de rares guibs harnachés (Tragelaphus
scriptus scriptus
).

Enfin, un dernier enclos complète cette zone africaine. Ce
dernier au sol en herbe et en sable, est planté de palmiers
et consacré à des céphalophes géants (Cephalophus
silvicultor
). A noter que l’ensemble des enclos des ongulés
est séparé du sentier de visite par un fossé en eau continue.


La suite de la visite nous amène alors sur la gauche, de sorte
à longer un enclos en sable, de grande taille, délimité par de
hauts murs percés de baies vitrées. Cette installation agré-
mentée de quelques arbres, d’un bassin et de structures d’es-
calade en bois est consacrée à des tigres (Panthera tigris).

Les hauts murs de faux rochers laissent alors place à un mur
et doublé d’un fossé sec, entourant un plateau pierreux, sur
lequel poussent plusieurs grands arbres, formant une savane
arborée.
Cette installation relativement profonde, est le lieu de vie de
bonteboks (Damaliscus dorcas).

Face aux tigres et aux antilopes, se dressent 2 imposants
bâtiments de forme carré. Le premier constitue l’herpétarium
du zoo et abrite la collection de reptiles du parc.



Enclos des tigres
Enclos des tigres - mars 2014
Plaine des girafes
Plaine des girafes - mars 2014


Une fois entré dans ce bâtiment, le visiteur est plongé dans
une ambiance de pénombre. Les vivariums sont installés
dans les murs et agrémentés de façon naturels à l’aide de
pierres, branches et autres souches. Le second bâtiment
compose l’aquarium du zoo qui renferme plusieurs bacs
d’eau douce et une poignée d’aquariums d’eau de mer
dont un bassin tactile. Le visiteur quitte alors l’aquarium
pour faire face à un vaste plateau en sable, entouré d’un
fossé en eau.

Cette structure est occupée par un grand groupe reproducteur
de gazelles à cou roux (Nanger ruficollis) cohabitant avec
une famille de girafes réticulées (Giraffa camelopardalis
reticulata
).
Ambiance dans le vivarium
Ambiance dans le vivarium - mars 2014
Exemple de vivarium
Exemple de vivarium - mars 2014


Exemple d'aquarium
Exemple d'aquarium - mars 2014




Flèche

Face à la plaine des girafes, se trouve une seconde étendue
en sable, également bordée par un ruisseau, plantée de nom-
breux palmiers, dans le but de recréer une zone forestière.

Cet enclos est le lieu de vie de bongos (Taurotragus
eurycercus
) évoluant aux côtés de céphalophes géants
(Cephalophus silvicultor), de pintades (Numida
meleagris
) et de grues couronnées (Balerarica
pavonina pavonina
).

A la suite des plaines des ongulés africains, le sentier se
rétrécie et est guidé par hauts faux rochers se rassemblant
pour former une caverne. Sur la gauche, ces faux rochers
sont percés de baies vitrées permettant d’observer un en-
clos intérieur de petite taille, agrémenté de béton, souches,
écorces et d’un bassin. Cette installation héberge des ser-
vals (Leptailurus serval).



Enclos des bongos
Enclos des bongos - mars 2014
Loge des servals
Loge des servals - mars 2014
Dans le prolongement de ces petits carnivores, se dresse
un second enclos du même type, comparable également
en termes d’aménagements, bien que disposant de quel-
ques cordes supplémentaires. Ce second édifice est con-
sacré à une famille de mandrills (Madrillus sphix).

Face aux servals et aux singes s’étend un plateau en herbe,
planté de quelques arbres retombant et agrémenté de ro-
chers et de souches. Cette plaine est le lieu de vie d’une
troupe de lions africains (Panthera leo).

Mitoyen aux fauves se trouve un plateau identique au
précédent, bien que plus végétalisé, dans lequel
sont présentés des lycaons (Lycaon pictus).


Enfin, un dernier à l’herbe haute complète les instal-
lations situées sur la droite du chemin de visite.
Cet enclos légèrement en pente, est densément
végétalisé et relativement profond, ce qui rend dif-
ficile l’observation du troupeau d’hippotragues noirs
(Hippotragus niger) qui y a été installé.

Face aux antilopes, se dresse une autre plaine, en sable
celle-ci, agrémentée de quelques arbres apportant de la
verdure à l’ouvrage. Cette plaine est occupée par des
zèbres de Grant (Equus burchelli boehmi).
Le visiteur arrive alors au bout de l’allée et deux op-
tions s’offrent à lui. Il peut soit se diriger tout droit,
en direction d’un restaurant de type mexicain entouré
d’une grande aire de jeux et d’une petite volière (dont
l’entrée est payante), consacrée aux papillons locaux...
Enclos des zèbres
Enclos des zèbres - mars 2014
Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - mars 2014


...La seconde option consiste à bifurquer sur la droite,
de sorte à contourner l’enclos des hippotragues et
continuer la découverte du zoo. Intégré au virage, se
trouve un petit enclos artificiel, composé d’un pro-
fond bassin entouré de plages en béton.
Quelques arbres alentours apportent de l’ombre à
l’ensemble qui héberge des hippopotames nains
(Hexaprotodon liberiensis).

Sur la gauche, à côté des hippopotames, on découvre
une grande rivière naturelle qui traverse le zoo et fait
également de séparation entre le sentier de visite et un
grand plateau bétonné surmonté d’une structure type
parasol en béton.
Enclos des lions
Enclos des lions - mars 2014
Volière des papillons
Volière des papillons - mars 2014



Flèche

Ce complexe est le lieu de présentation de dromadaires
(Camelus dromedarius). Des gallinules poule d’eau
sauvage (Gallinula chloropus) fréquentent les abords
du fossé.

Face aux dromadaires et de l’autre côté de la rivière, on
peut observer la partie basse de l’enclos des hippotragues,
bien plantée et agrémentée de rochers.
Une île a été érigée au milieu du cours d’eau. Cette
dernière, de petite taille, dispose d’un sol en herbe,
est plantée de quelques arbres et agrémentée d’un abri
en béton.

Elle est consacrée à des varis roux (Varecia rubra). Le
sentier en béton se transforme alors en une passerelle en
bois, entourant l’île des varis, puis une seconde île au sol
en herbe et en sable, agrémentée de nombreuses stru-
ctures d’escalade en bois et en cordes.



Plateau des dromadaires
Plateau des dromadaires - mars 2014

Ile des chimpanzés
Ile des chimpanzés - mars 2014
Cette dernière est occupée par une famille de chimpanzés
(Pan troglodytes). Face aux primates, légèrement sur-
élevé par rapport au sentier de visite, s’étend un plateau
en sable, agrémenté de quelques arbres, de souches et
de troncs.

Ce dernier accueille un rhinocéros blanc (Ceratotherium
simum
). Le plateau est entouré de hauts arbres buis-
sonnants et de palmiers.  Les 2 passerelles entourant les
îles des singes se rejoignent alors pour reformer un unique
sentier de visite. Sur la droite, on peut observer la partie
basse de la plaine des girafes, ainsi qu’une ile caillouteuse
bien végétalisée, sur laquelle se sont installés des ibis
blancs (Eudocimus albus), des hérons garde bœufs
(Bubulcus ibis), des dendrocygnes à ventre noir
(Dendrocygna autumnalis) et des oies semi palmées
(Anseranas semipalmata).


Plateau des rhinocéros
Plateau des rhinocéros - mars 2014
Ile des varis
Ile des varis - mars 2014


Une arche faite de faux rocher enjambe le sentier de visite
et marque l’entrée dans le secteur asiatique du zoo.
A l’arrière de cette arche, le chemin forme une patte d’oie
pour entourer une île en herbe, agrémentée de pieux et de
cordes.

Quelques rochers et un abri en béton complètent les
aménagements destinés à l’accueil de gibbons de Müller
(Hylobates muelleri). A la suite des gibbons se trouve
une seconde île du même type, bien que légèrement plus
 longue et plantée de nombreux palmiers.
Cette structure présente pour sa part une autre espèce
de la famille des hylobatidés, le siamang (Hylobates
syndactilus
).


Ile typique pour gibbons
Ile typique pour gibbons - mars 2014
Ile des anatidés
Ile des anatidés - mars 2014
En empruntant le sentier situé sur la droite des îles, nous
laissons les gibbons sur notre gauche et découvrons, face
aux singes, une troisième île plantée de quelques rares
palmiers, installée au milieu de la rivière parcourant le
zoo.

Cette île héberge une espèce non asiatique, le lémur
cattas (Lemur katta), mais également des cormorans
viguas (Phalacrocorax brasiliensis) ou encore des
cormorans à aigrettes (Phalacrocorax auritus).

A l’arrière des makis, on peut apercevoir, entre les
arbres, la zone basse de l’enclos des grands koudous
et des autruches.



Flèche

Revenons alors sur nos pas jusqu’à l’entrée de la zone
Asie, pour nous diriger sur le second sentier bordant la
gauche de l’île des gibbons.

A cet endroit, le sentier forme un arc de cercle per-
mettant d’observer une succession de 3 plateaux en
sable, pierre et herbe.
Ces plateaux relativement étendus, sont consacrés à
3 espèces d’ongulés à savoir : des addax (Addax
nasomaculatus
) pour le premier, des gaurs (Bos
gaurus
) pour le second et des nilgauts (Boselaphus
tragocamelus
) pour le dernier.

Cette dernière espèce est très peu courante aux Etats
Unis et est venue remplacer le groupe de chevaux de
Prjevalski qui était hébergé à Brownsville.



Enclos des gaurs
Enclos des gaurs
- mars 2014


Enclos des oryx
Enclos des oryx - mars 2014
La fin des plateaux nous amène à la jonction des deux
sentiers qui se rassemblent brièvement avant d’entourer
de nouvelles îles. Sur la droite de cette jonction a été
construit un enclos en sable légèrement en pente,
relativement désertique et délimité par un fossé en eau.
Un groupe d’oryx d’Arabie (Oryx leucoryx) s’y ébat.

Le sentier se divise à nouveau en deux de sorte à en-
tourer un ensemble de 2 îles. La première de taille
relativement importante est plantée de multiples pieux,
reliés entre eux par des cordes.

Un sol en herbe et des faux troncs complètent les amé-
nagements. Une famille d’orang-outans (Pongo
pygmaeus
) y évolue.
La seconde île est plus longue mais moins large. Elle a
été plantée de palmiers et de quelques pieux et accueille
des gibbons à bonnet (Hylobates pileatus).



Flèche



Les deux chemins se rejoignent alors pour former une allée

se dirigeant vers un enclos de grande taille, au sol en herbe,
bien végétalisé et doté d’un grand bassin. Cet enclos qui
marque l’entrée dans le secteur australien du Gladys Porter
Zoo, est occupé par des cygnes noirs (Cygnus atratus).

La suite de la visite nous conduit à emprunter une passerelle en
bois, vers les maisons australiennes. Sur la droite de la pas-
serelle se succèdent 3 volières en bois. La première, de for-
me octogonale est agrémentée de quelques branches et
d’un sol en sable.


Enclos des cygnes noirs
Enclos des cygnes noirs - mars 2014


Volière des cacatoès
Volière des cacatoès - mars 2014




Elle est consacrée à des cacatoès des Moluques (
Cacatua
moluccensis
). La seconde, plus sombre, est de forme rec-
tangulaire et est plantée de quelques végétaux gras.
Un étourneau de Bali (Leucopsar rotschildi) y vit.
Enfin, la dernière structure est comparable à celle des
cacatoès. Elle est le lieu de vie de kookaburas (Dacelo
novaeguineae
).

En face de ces volières, légèrement en contre bas de la
passerelle se dressent 2 enclos en herbe, entouré de haies
buissonnantes. Ces enclos formant un « L » présentent
des casoars à casque (Casuarius casuarius).


Le visiteur poursuit alors sa découverte australienne, et
tombe nez à nez avec un enclos de taille moyenne, en
sable, formé de plusieurs terrasses. Des rondins de bois
et des rochers ont été disposés dans l’ensemble de la
structure qui présente des wallabies agiles (Macropus
agilis
) en cohabitation avec des émeus (Dromiceius
novaehollandiae
).

Le sentier à l’air libre est alors interrompu par l’entrée dans
un grand bâtiment, qui constitue le noctarium du zoo.
Ce dernier se compose d’un couloir central entouré de
loges intérieures plus ou moins grandes. Les 2 premières
loges situées sur la gauche se trouvent en contrebas du
visiteur.


Enclos des wallabies
Enclos des wallabies - mars 2014


Loge des dendrolagues
Loge des dendrolagues - mars 2014
Ces installations disposent d’un sol recouvert d’écorces et
sont agrémentées de nombreuses structures d’escalade en
bois. Des dendrolagues de Matschie (Dendrolagus
matschiei
) y vivent aux côtés de potoroos à long nez
(Potorus tridactylus). En face des kangourous arbori-
coles se dresse une loge vitrée en façade, au sol en paille
de lait agrémentée de quelques souches.

Des bettongues à queue touffue (Bettongia penicillata) y
sont présentées. Mitoyen aux bettongues se trouve un complexe
de 2 loges vitrées reliées entre elles et agrémentées de
plusieurs rondins, souches et autres branches.
Ces loges sont occupées par un important groupe de
phalangers volants (Petaurus
breviceps).



Flèche

Le second enclos des renards volants a été installé sur un
des coins du sentier. Sur la gauche, face aux renards, se
trouve une loge sombre, agrémentée de grillages et de
quelques pieux, occupée par une colonie de fers de lance
à lunettes (Carollia perspicillata).


Un vivarium bien éclairé marque une pause dans le
noctarium. Ce dernier dispose d’un sol en sable planté
de quelques graminées. Quelques rochers complètent
les décors au sein duquel vivent des scinques à langue
bleue (Tiliqua scincoides).
A côté des reptiles, se trouve un petit enclos intérieur
d’environ 1m² de surface au sol. Cette structure est
pauvre en aménagement et accueille un opossum de
Virginie (Didelphis virginianus).


Loge typique pour terrarium
Loge typique pour terrarium - mars 2014

Enclos des kangourous gris
Enclos des kangourous gris - mars 2014
Sur la droite du sentier, se dresse une autre loge bien éclairée
garnie d’un enchevêtrement de branches et d’un sol en sciure.
Cette loge est consacrée à des tupais (Tupaia belangeri).
Enfin, on peut observer le dernier vivarium installé sur la droite
du couloir de visite. Ce dernier est relativement vaste, agré-
menté de faux rochers, d’un bassin et de quelques plantes.
Il présente des varans jaunes (Varanus melinus).

Sur la gauche, se trouvent encore 2 loges. La première, vitrée
et bien éclairée est comparable à celle des varans et se
compose d’un sol en écorces, de quelques végétaux et autres
bouts de bois. Des pythons tapis (Morelia spilota) y ont été
installés. La seconde loge, ouverte mais située en contrebas
du sentier de visite, dispose d’une litière paillée, mais d’aucun
autre aménagement.
 

Un groupe de kangourous gris (Macropus fuliginosus) y vit.


Le visiteur quitte alors le noctarium australien du parc et
découvre, sur sa gauche, l’enclos extérieur des kangourous.

Ce dernier, en terre, ombragé par de grands arbres, est formé
d’une succession de petites terrasses. Face à la sortie de la
maison australienne, se dresse une grande volière circulaire, où
la prédominance des rochers fait penser aux bushs australiens.

Cette volière à l’intérieur de laquelle se poursuit la visite, est le
lieu d’une cohabitation entre des faisans isabelles (Chrysolophus
pictus luteus
), des perruches callopsittes (Nymphicus
hollandicus
), des perruches ondulées (Melopsittacus undulatus)
ou encore des colombes lophotes (Ocyphaps lophotes) et des
colombes diamants (Geopelia cuneata).


Volière australienne
Volière australienne - mars 2014


Enclos typique pour crocodiles
Enclos typique pour crocodiles - mars 2014
Le sentier sillonne alors entre plusieurs enclos. Sur la droite
s’étend la partie arrière de l’enclos des cygnes noirs, tandis
que sur la gauche, on découvre une succession de deux en-
clos dotés chacun d’un grand bassin d’eau clair relié à une
plage en terre et en herbe, plantée de massifs de bambous.

Le premier enclos est le lieu de vie de crocodiles marins
(Crocodylus porosus) alors que le second héberge des cro-
codiles des Philippines (Crocodylus mindorensis).

Toujours sur la gauche, dans le prolongement de l’installation
des crocodiles, se trouve un petit enclos en herbe, agrémenté
de yuccas, au sein duquel ont été installées des tortues à
éperons (Geochelone sulcata).



Flèche

Le sentier rejoint alors l’ile des gibbons à bonnet à côté de la-
quelle coule la rivière traversant le zoo. Ce bras d’eau entoure
un enclos bien ombragé creusé d’un bassin. Cet espace aux
multiples palmiers est le lieu de vie d’une colonie de flamants
du Chili (Phoenicopterus chilensis).

La suite de la visite nous conduit alors sur la gauche, de sorte à
longer une aire engazonnée sur laquelle devrait voir le jour un es-
pace de jeux. Au fond de cette partie en herbe se trouve un en-
clos provisoire en terre, agrémenté de faux rochers, consacré à
un petit troupeau de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus).

Dans le prolongement des cervidés se dresse une vaste volière
divisée en 3 zones. La partie la plus à droite, est faite de ro-
chers plats accolé en céramique et formant un bassin dans le-
quel se jette une cascade. La zone centrale de la volière est
légèrement escarpée et entièrement en herbe tandis que la
partie la plus à gauche recréer une forêt dense.




Lagune des flamants roses
Lagune des flamants roses - mars 2014
Volière des pygargues
Volière des pygargues - mars 2014
Cette volière a pu être érigée grâce à un don fait par une
maman en mémoire de son fils décédé. La présente structure
est consacrée à l’animal favori du défunt visiteur à savoir le
pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephala).

Un écriteau retrace cette triste histoire. Dans le prolongement
de l’enclos des aigles se trouve une autre volière de forme
rectangulaire offrant une hauteur conséquente à ses pension-
naires.

Cette volière agrémentée de cordes, de troncs et de rochers
présente une cohabitation entre des aras militaires (Ara
militaris
), des aras araraunas (Ara ararauna) et des grands
hoccos (Crax rubra).


Face aux perroquets s’étend un enclos en sable entouré
d’un muret de faux rochers. Plusieurs cactus ont été
plantés dans cet enclos qui accueille un groupe de tortues
géantes (Geochelone gigantea).
Sur la gauche se trouve une troisième volière dont le fond
forme une falaise de faux rochers. L’avant plan est planté
d’arbustes, de rochers et de troncs. Un couple de vautours
papes (Sarcoramphus papa) s’y ébat.

Le visiteur entre alors dans une volière de contact de
grande taille, dont les montants sont faits de briques
rouges laissant des ouvertures voutées. Au cœur de
cette volière, un espace de forêt tropicale a été recréé.


Enclos des tortues géantes
Enclos des tortues géantes - mars 2014


Ambiance dans la grande volière
Ambiance dans la grande volière - mars 2014



Ce dernier, traversé par un ruisseau, est planté de hauts

arbres. Les espèces évoluant en liberté dans cette stru-
cture sont : colombes bleutées (Claravis pretiosa) ;
paroares rougecap (Paroaria gularis) ; tourterelles du
Pérou (Zenaida meloda) ; ibis rouge (Eudocimus
ruber
) ; spatules roses (Platalea ajaja) ; oedicnème
du Pérou (Burhinus superciliaris) ; canards mandarins
(Aix galericulata) ; dendrocygnes veufs (Dendrocygna
viduata
) ; faisan doré (Chrysolophus pictus).



Flèche

Au fond de la grande volière de contact se dresse un en-
semble de 5 petites volières accolées. Toutes ces volières
disposent d’un sol en terre, sont plantées de palmiers,
agrémentées de branches et autres perchoirs en bois.

Dans l’ordre de visite on pour admirer des touracos
violets (Musophaga violacea) dans la première volière,
des aras chloroptères (Ara chloropterus) en cohabi-
tation avec des geais à face noire (Calocitta colliei)
dans la seconde ; des mot-mots houtoucs (Momotus
momota
) évoluant aux côtés de rolliers à ventre bleu
(Coracias cyanogaster) dans la troisième.

Les deux dernières structures sont consacrées respe-
ctivement à des touracos à joues blanches (Tauraco
leucotis
) puis à des calaos trompettes (Bycanistes
bucinator
).



Volière pour petits oiseaux
Volière pour petits oiseaux - mars 2014
Volière pour petits oiseaux
Volière pour petits oiseaux - mars 2014
Le visiteur ressort alors de la volière et revient sur ses
pas jusqu’à la lagune des flamants du Chili sur la gau-
che de laquelle se poursuit la visite. Au bord de cette
lagune, les panneaux pédagogiques, présentent éga-
lement des espèces vivant en liberté dans le zoo à
savoir des cormorans  viguas (Phalacroccorax
brasiliensis
), des cormorans à aigrettes
(Phalacroccorax auritus) ; des mouettes atricilles
(Larus atricilla), des dendrocygnes à ventre noir
(Dendrocygna autumnalis) ou encore des gallinules
poules d’eau (Gallinula chloropus).

L’allée de visite forme alors un arrondi pour
contourner l’île des flamants. Sur le côté gauche,
on peut observer 2 autres îles de taille moyenne.


Ces deux îles au sol en herbe et en terre, sont
agrémentées de quelques arbres, de rochers, de
pieux et de cordages.
Elles présentent respectivement un groupe
d’atèles noirs (Ateles paniscus) pour la première

et d’atèles de Geoffroy (Ateles geoffroyi
vellosus
) pour la seconde.

Après avoir traversé une aire de restauration, le visiteur
découvre, sur sa gauche, un vivarium à ciel ouvert en-
touré de hauts murs de couleur rouge ocre.

Ce terrarium au sol recouvert d’écorce est agrémenté
de palmiers, d’un bassin et de quelques souches et
présente les dragons de Komodo (Varanus
komodoensis
) du parc.



Ile des atèles
Ile des atèles - mars 2014
Enclos pour crocodiles
Enclos pour crocodiles - mars 2014
Face aux varans se trouve un espace boueux, entouré
de quelques arbres et traversé par des points d’eau
stagnante. Cette lagune est le lieu de vie d’une colonie
de flamants rouges de Cuba (Phoenicopterus ruber).

Un escalier conduit alors le visiteur sur un passage sur-
élevé bordant sur la droite un ensemble de 3 enclos
mitoyens, composant le secteur des crocodiliens.
Tous ces enclos sont aménagés selon le même schéma
à savoir un bassin de taille moyenne, une plage en terre
plantée de massifs de bambous et ombragée par un
grand arbre.

Les 2 premiers enclos hébergent des crocodiles de
Cuba (Crocodylus rhombifer), tandis que le dernier,
divisé en 2 est le lieu de vie d’un couple de crocodiles
de l’Orénoque (Crocodylus intermedius).


Le visiteur revient alors au niveau de la terre ferme,
pour emprunter un chemin sillonnant entre l’enclos
des oryx d’Arabie sur la droite et l’enclos secondaire
des gorilles.

Ce dernier, entouré de hauts murs est enherbé, agré-
menté de rares plantes ayant résisté aux attaques
des grands singes et dispose d’une structure d’esca-
lade en bois. Le visiteur contourne l’enclos des
gorilles, tandis que sur la droite, l’enclos des oryx
laisse place à une volière au sol en herbe, agrémentée
de nombreux palmiers, yuccas et autres buissons.


Enclos des varans de Komodo
Enclos des varans de Komodo - mars 2014


Volière des iguanes
Volière des iguanes - mars 2014





Cette volière est occupée par des iguanes bleus des îles

Cayman (Cyclura nubila lewisi). Le visiteur retombe
alors devant l’enclos des gorilles et peut quitter le zoo.



Flèche

En conclusion, le Gladys Porter Zoo est un parc qui con-
stitue une des seules attractions de la ville de Brownsville
située à quelques encablures de la frontière mexicaine.

Ce parc fondé par celle qui lui a donné son nom reven-
dique sa place de premier zoo « sans cages ni barrières ».

Zoo d’avant-garde, certains travaux permettraient de
remettre les enclos au gout du jour. Longtemps connu
et reconnu pour ses succès dans l’élevage des antilopes
et des céphalophes, le parc possède aujourd’hui une
collection relativement classique si ce n’est la présence
du seul groupe reproducteur de guibs harnachés pré-
senté hors d’Afrique.
Crocodile de l'Orénoque
Crocodile de l'Orénoque - mars 2014


Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés