Accueil    |    Présentation    |    Les zoos en Europe  |   Les zoos dans le reste du monde    |    Nouveautés    |    Description des espèces   |   EAZA    |    Actualités    |   Mes visites    |     Liens


San Antonio Zoo


San Antonio Zoo
3903 North Saint Marry’s Street
San Antonio TX 78212
Etats Unis

Tel : +1 210-734-7184

www.sazoo-aq.org
Logo Zoo de San Antonio


Ma visite : 29 mars 2014
Mise en ligne : 04 octobre 2014







Horaires d'ouverture 2014
Tarifs d'entrée 2014
Les flamants et les ours
Les varans et les singes asiatiques
La grotte des petits carnivores
La grande volière sud américaine
Les rivières africaines
La volière africaine et les okapis
Les plaines africaines
Les montagnes africaines
Les petites antilopes, tigres, lions et l'Australie
Les oiseaux australiens et les petits mammifères

Touraco géant
Touraco géant - mars 2014



Les marsupiaux et les anatidés
La maison des oiseaux 1/2
La maison des oiseaux 2/2
Les échassiers
La faisanderie
Le lac des anatidés et les grues
La mini ferme
L'Amérique du Sud
La maison des amphibiens
Les singes, l'Aquarium et le Vivarium
Conclusion



Flèche

Horaires d'ouverture 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent varier)


Topi
Topi - mars 2014



Ouvert toute l'année

9h00 à 17h00 pour les caisses
(le zoo ferme ses portes à 18h00)




Flèche

Tarifs d'entrée 2014 (Ces informations ne sont données qu'à titre indicatif et peuvent varier)




Tarifs individuels

     Adulte : 12,00 $ (9,00 €)
     Enfant (3 à 11 ans) : 9,50 $ (7,15 €)
     Sénior : 9,50 $ (7,15 €)
     Personne à mobilité réduite (- de 15 ans) : 6,00 $ (4,50 €)
     Personne à mobilité réduite (+ de 15 ans) : 7,50 $ (5,65 €)
 
Tarifs groupe (+ de 20 personnes)
     Adulte : 11,00 $ (8,25 €)
     Enfant (3 à 11 ans) : 8,50 $ (6,40 €)
     Sénior : 8,50 $ (6,40 €)
Grue d'Amérique
Grue d'Amérique - mars 2014



Flèche


Ce parc est situé dans la ville du même nom, connue
pour son fort « The Alamo » témoin des ravages de
la guerre de sécession.
Ce zoo est situé sur une des collines de la ville et est
donc très pentu. Il fait partie des 3 principaux parcs
du Texas et présente une collection d’oiseaux im-
pressionnante rivalisant avec celle du zoo de Houston.

Après avoir franchi les caisses le visiteur se retrouve
sur une place relativement dégagée. Sur la droite de
cette dernière se trouve une volière au sol en terre,
agrémentée d’un bassin peu profond.


Fort précédant le zoo
Fort précédant le zoo - mars 2014


Volière des flamants rouges
Volière des flamants rouges - mars 2014

Aucun grillage ne recouvre la façade de cette instal-
lation consacrée à une colonie de flamants rouges
(Phoenicopterus ruber).
Sur la gauche de la place, délimité par un petit muret
suivi d’une fosse sèche, se trouve une série de 2
plateaux. Le plus grand, en herbe, est agrémenté de
cordes, de structures d’escalade en bois et d’autres
agrès. Il est consacré à un groupe de varis noirs et
blancs (Varecia variegata).
Le second plateau, plus rocailleux, formé de faux
rochers est aussi agrémenté de quelques branches et
est occupé par des varis roux (Variecia rubra).


La place se transforme alors en une large allée sinueuse,
bordant sur la droite des massifs de fleurs, tandis que
sur la gauche se trouve une série de 3 plateaux com-
posant le secteur des ursidés.

Ces 3 enclos sont délimités par de profonds rochers
secs. Le premier d’entre eux est entouré de faux ro-
chers, dispose d’un sol ou l’écorce alterne avec la
pierre.
Des pieux ont été dressés dans toute l’installation et
quelques arbres de petite taille apportent de la verdure
à l’ensemble, un bassin complétant le décor.


Plateau typique pour lémuriens
Plateau typique pour lémuriens - mars 2014


Enclos des ours à lunettes
Enclos des ours à lunettes - mars 2014

Des ours malais (Helarctos malayanus) y sont présentés.
Le second enclos, plus gros, forme un « L », dispose
d’une partie enherbée et d’une zone rocailleuse. Quelques
structures d’escalade en bois et en bassin y ont également
été érigés.

Cette installation est le lieu de vie d’ours noirs (Ursus
americanus
). Enfin, des ours à lunettes (Tremarctos
ornatus
) sont hébergés dans un enclos où la pierre pré-
domine bien qu’un carré d’herbe, un bassin, quelques
arbres et une structure en bois aient été disposés dans la
partie arrière de l’installation.



Flèche

A l’arrière de l’enclos des ours américains et des ours à
lunettes, le visiteur peut observer une grande falaise de
roche naturelle. Le parc a su utiliser ce décor pour dé-
limiter ses enclos. Mitoyen aux ours se trouve une stru-
cture vitrée en façade. Cet enclos au sol en herbe est
planté de papyrus et de fougère et est occupé par les
varans de Komodo (Varanus komodoensis) du zoo.

Mitoyen au bâtiment des lézards (non visible du public),
se dresse une haute et longue volière. Cette structure
impressionnante semble s’allonger sur une vingtaine de
mètres pour 5 à 6 mètres de hauteur.
De nombreux arbres y poussent. Cette verdure est com-
plétée par des amas de rochers, une cascade et un bassin.


Enclos des varans
Enclos des varans - mars 2014
Volière des gibbons
Volière des gibbons - mars 2014



De multiples cordes ont été tendues au sommet de la
volière. Des gibbons à favoris blancs (Hylobates
leucogenys
) y cohabitent avec des loutres naines
(Aonyx cinerea).

Dans le prolongement des gibbons se trouve une se-
conde volière, à flanc de falaise, agrémentée de faux
arbres et tendue de cordes et de branches.
La végétation se limite pour sa part à quelques pal-
miers. Un groupe de langurs de François
(Trachypithecus francoisi) y évolue.

Le visiteur se retrouve alors au niveau d’une autre place
bordée par 2 imposants bâtiments dont les façades sont
agrémentées de statues. Ces bâtiments constituent
l’aquarium et le vivarium du zoo. Nous y reviendrons à
la fin de la visite.
Enclos des langurs
Enclos des langurs - mars 2014
Volière des gibbons
Volière des gibbons - mars 2014



Flèche

Sur la droite la visite se poursuit au sein d’une caverne
lumineuse, creusée dans la roche de la falaise. Avant
d’entrer dans la grotte, le visiteur peut voir sur sa droite,
une cascade jaillissant des rochers et se transformant en
un petit fossé en eau entourant une île en herbe agré-
mentée de perchoirs en bois, sur laquelle sont présentés
des aras macaos (Ara macao).

Le visiteur entre alors dans la caverne qui abrite une
succession de petits enclos et constitue le secteur des
petits carnivores. Le premier enclos, sur la gauche de
l’entrée, est aménagé de nombreuses branches qui
s’entrecroisent. Le sol est pour sa part recouvert
d’écorces. Des bassaris rusés (Bassariscus astutus)
y évoluent.


Loge typique pour petits carnivores
Loge typique pour petits carnivores - mars 2014
Loge typique pour petits carnivores
Loge typique pour petits carnivores - mars 2014
La seconde structure est plus grande, composée de nom-
breux rochers, d’un bassin et plantée de quelques petits
arbustes. Un ruisseau parcourt une partie de l’enclos
qui accueille des chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus).

Plusieurs vitres permettent d’observer ces félins. Dans le
prolongement des chats, des fossas (Cryptoprocta ferox)
vivent dans un environnement où les troncs alternent avec
les rochers le tout parsemé de quelques arbustes.

Sur la droite, la roche a été percée de deux petits enclos
« minéraux » où les rochers prédominent. Quelques stru-
ctures en bois ont également été adjointes à l’ensemble.





On peut y observer respectivement des tupais (Tupaia
belangeri
) puis de rares chats à pieds noirs (Felis
nigripes
).

Le complexe des petits chats compte encore deux en-
clos, situés sur la gauche du sentier de visite et installés
à flancs de falaise. Ces deux installations sont agré-
mentées de nombreux rochers, de quelques arbustes et
de graminées et de troncs.


Enclos des caracals
Enclos des caracals - mars 2014


Volière des geais à face noire
Volière des geais à face noire - mars 2014


Elles sont occupées par des panthères longibandes
(Neofelis nebulosa) et par des caracals (Caracal
caracal
) arrivés récemment. Avant de ressortir de
la caverne, le visiteur peut encore observer une
dernière volière extérieure, au sol recouvert
d’écorces, creusée d’un bassin et dans laquelle des
perchoirs en bois ont été installés.

Cette volière est le lieu de vie de geais à face noire
(Calocitta colliei).



Flèche

Le visiteur revient alors sur le sentier principal, traverse
une zone de restauration et entre dans le secteur sud
américain.
Sur la droite un amas de faux rocher a été intégré à une
volière. Cette dernière est aménagée de quelques cor-
des et de troncs et présente une famille d’atèles de
Geoffroy (Ateles geoffroyi).

Mitoyenne aux atèles se dresse une vaste volière
pénétrante. Cette dernière s’observe à partir d’une
passerelle surplombant un long bassin. Face au
sentier de visite se trouve la berge en terre plantée
de nombreux arbres.


Volière des atèles
Volière des atèles - mars 2014


Volière de contact sud américaine
Volière de contact sud américaine - mars 2014





Cette berge accueille les fourmiliers géants
(Myrmecophaga tridactyla) du zoo. Ces mam-
mifères cohabitent avec de nombreux oiseaux à
savoir : savacou huppé (Cochlearius cochlearius) ;
aigrette bleue (Egretta caerulea) ; ibis rouge
(Eudocimus ruber) ; pigeon du Pérou (Patagioenas
oenops
) ; pigeon à couronne blanche (Patagioenas
leucocephala
) ; cassiques verte (Psarocolius
viridis
) ; canard à ailes blanches (Cairina scutulata) ;


sarcelle cannelle (Anas cyanoptera) ; canard pilet
(Anas acuta) ; sarcelle à collier (Callonetta
leucophrys
) ; dendrocygne bicolore (Dendrocygna
bicolor
) ; siffleur du Chili (Anas sibilatrix) ; geai
bleu-noir (Cyanocorax cyanomelas) ; geai à face
blanche (Calocitta formosa) ou encore ara à collier
d’or (Primolius auricolis).

Le visiteur ressort alors de cette volière de contact,
et découvre sur la gauche, une cage au sol en herbe,
agrémentée de troncs, de branches et de petits ar-
bres.
Cette volière qui dispose aussi d’un bassin est con-
sacrée à des jaguars (Panthera onca).
Enclos des jaguars
Enclos des jaguars - mars 2014



Flèche

Le sentier se poursuit alors pour nous conduire vers
l’Afrique. La découverte du continent noir débute
par la visite d’un vaste bâtiment à la lumière tamisée.

Dans ce bâtiment inaugurée récemment, on pourra
observer plusieurs aquariums. Le premier, situé sur
le mur d’entrée, se trouve un aquarium planté de
quelques algues et agrémenté de rochers.

Ce dernier est consacré aux cichlidés du lac
Tanganyika. Sur la longueur droite de la maison
africaine se dresse un vaste aquarium rocailleux
recréant les fonds du lac Malawi.


Entrée dans le complexe africain
Entrée dans le complexe africain - mars 2014



Enclos des hippopotames
Enclos des hippopotames - mars 2014
En face des cichlidés, une vaste baie vitrée s’ouvre
sur un grand bassin extérieur avec vision sous-marine.
Ce bassin s’ouvre sur une plage faite de béton. Ce
complexe est le lieu de présentation d’hippopotames
amphibies (Hippopotamus amphibius).

De nombreux cichlidés peuplent le bassin des ma-
stodontes. La grande salle africaine a été coupée en
2 par un mur latéral. Le visiteur quitte le point de
vision sur le bassin des hippopotames pour revenir
vers le mur situé sur la droite de l’entrée.
Ce dernier est percé de plusieurs terrariums faisant
suite à l’aquarium du lac Malawi. Le premier vivarium
relativement humide est agrémenté de mousses et de
racines et présente des crapauds africains (Bubo
africanus
).


Le second bac est en eau avec une partie immergée.
Il était en travaux lors de ma visite. Deux petits
terrariums en sable, agrémentés de rochers, suivent
alors et accueillent respectivement des dragons
d’Asgard (Cordylus tropidosternum) pour le
premier et des agames à queue de castor
(Xenagama taylori) pour le second.

Enfin, formant un angle, se dresse un dernier vivarium
consacré aux forêts humides d’Afrique. Ce dernier
est agrémenté de nombreuses plantes, de branches,
racines et dispose d’un basin avec vision sous marine.


Vivarium pour petits lézards
Vivarium pour petits lézards - mars 2014


Vivarium pour serpents
Vivarium des vipères du Gabon - mars 2014

Il présente une cohabitation entre des crabes arc-en-
ciel (Cardisoma armatum) ; des crapauds buffles
africains (Pyxicephalus adspersus) ; des caméléons
de Fischer (Kinyongia fischeri) et des dipneustes
d’Afrique (Protopterus amphibius). 

Le visiteur se dirige alors vers le quatrième mur de la
pièce, pour découvrir une succession de 2 vastes en-
clos intérieurs. Le premier est composé d’un bassin
avec vision sous marine, s’ouvrant sur des plages en
écorces et plantées de végétaux artificiels.





Ce vivarium est consacré à des crocodiles nains
(Osteolaemus tetraspis) et à des péluses noirâtres
(Pelusios subniger). Le second terrarium intégré
dans un angle est également vaste et agrémenté d’un
petit bassin entouré d’une zone recouverte d’écorces.

Des pythons de Seba (Python sebae) y ont été installés.
Face aux pythons, accolé à l’enclos des hippopotames,
se trouve un second enclos extérieur plus petit, disposant
d’un grand point d’eau en aqua vision et d’une plage
bétonné.


Enclos des crocodiles nains
Enclos des crocodiles nains - mars 2014


Enclos des crocodiles du Nil
Enclos des crocodiles du Nil - mars 2014

Cette installation est occupée par un autre géant des
eaux africaines, le crocodile du Nil (Crocodilus
niloticus
). Avant de quitter la maison africaine, der-
nière nouveauté du zoo de San Antonio, le visiteur
peut encore admirer 4 terrariums agrémentés de nom-
breuses branches, végétaux de type fougères et de
quelques rochers.

Ces structures sont consacré à 4 espèces de serpents
à savoir : vipère du Gabon (Bitis gabonica) ; cobra
égyptien à rayures (Naja haje annulifera) ; mamba
vert (Dendroaspis angusticeps) puis vipère rhinocéros
(Bitis nasicornis).



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison africaine pour se
trouver plongé dans une grande volière entourée de
falaise de faux rochers. Cette volière de contact,
toujours sous le thème de l’Afrique, est traversée par
un ruisseau et est bien végétalisée, laissant une zone
libre et rocailleuse.

Le visiteur évoluera au milieu de touracos verts (Tauraco
persa
) ; de sarcelles de Bernier (Anas bernieri) ; de
paons du Congo (Afropavo congensis) ; de héron garde
bœuf (Bubulcus ibis) ;  de colombars waalias (Treron
waalia
) ; de corvinelles noirs et blancs (Urolestes
melanoleucus
) ; de pigeons roussards (Columba
guinea
) ; ...


Volière africaine de contact
Volière africaine de contact - mars 2014



Volière africaine de contact
Volière africaine de contact -  mars 2014
... de pigeons ramiers (Colomba palombus) ; de per-
ruches à collier (Psittacula krameri) ; de choucador iris
(Coccicolius iris); de rolliers à raquettes (Coracias
spatulatus
) ; de cigognes d’Abdim (Ciconia adbimi) ; de
colius striés (Colius striatus) ; d’étourneaux améthystes
(Cinnyricinclus leucogaster) ; de spréos superbes
(Lamprotornis superbus) ; ...

... de dinemellies à tête blanche (Dinemellia dinnemelli) ;
de râles à bec jaune (Amaurornis flavirostra) ; de per-
roquets youyous à ventre rouge (Poicephalus
rufiventris
) ; de vanneaux à éperons (Vanellus
spinosus
) ; d’irrisors moqueurs (Phoeniculus
purpureus
) ; de rolliers à ventre bleu (Coracias
cyanogaster
) ; d’ombrettes africaines (Scopus
umbretta
) ; d’ibis hagedash (Bostrychia hagedash)
et de pintades huppées (Guttera pucherani).


Sur la droite de la volière de contact se trouve une
seconde volière tout en hauteur, agrémentée de
nombreux faux baobabs et de cordes. Quelques
troncs complètent les aménagements au milieu
desquels vivent des cercopithèques de Wolf
(Cercopithecus wolfi) sortant en alternance avec
des colobes d’Angola (Colobus angolensis).

Le visiteur quitte alors la volière de contact mais
reste dans le monde des forêts africaines. Le
sentier sillonne alors entre un mur fait de faux
rochers et un enclos en herbe, bien planté
délimité par une palissade en bois. Ce complexe
qui dispose d’un bassin est le lieu de vie d’okapis
(Okapia johnstoni).
Un auvent en bois accueille une animation nour-
rissage de ces girafes de la forêt.



Volière des colobes et cercopithèques
Volière des colobes et cercopithèques - mars 2014
Terrarium des mangoustes
Terrarium des mangoustes - mars 2014



Face aux okapis se trouve un petit enclos vitré, en terre,
surmonté d’une termitière artificielle. Un groupe de man-
goustes naines (Helogale parvula) y a été installé.

Après avoir traversé un tunnel on découvre, sur notre
gauche, un enclos de taille moyenne, en terre, relati-
vement plat et agrémenté de faux rochers dispersés et
de quelques arbustes.

Cet espace est consacré aux lycaons (Lycaon pictus).
Face aux lycaons, l’aventure africaine se termine par
deux vivariums de grande taille, installés aux milieux de
faux rochers et agrémentés de quelques branches.
Enclos des okapis
Enclos des okapis - mars 2014
Enclos des lycaons
Enclos des lycaons - mars 2014



Flèche

Le premier héberge une cohabitation entre des touracos
de Lady Ross (Musophaga rossi) et des outardes du
Sénégal (Eupodotis senegalensis) ; tandis que le
second présente des damans des rochers (Procavia
capensis
).

Le visiteur contourne alors la montagne rocheuse pour
quitter cette zone relativement récente et longer, sur la
gauche, un plateau relativement ancien, totalement
artificiel et entièrement en sable creusé d’un bassin et
ombragé par 2 grands parasols. Ce plateau est le lieu
de vie d’un éléphant asiatique (Elephas maximus).

Sur la droite du sentier les faux rochers laissent alors
place à un restaurant inauguré en même temps que la
zone des okapis et des lycaons. L’éléphant dispose
d’un bâtiment bétonné, marquant une séparation entre
2 enclos.




Loge des damans
Loge des damans  - mars 2014

Plaine des topis et des zèbres
Plaine des topis et des zèbres - mars 2014
Encastré entre la maison des éléphants et le sentier de
visite, se trouve une petite fosse en herbe formée de
petites terrasses, laissée à l’abandon. Enfin, sur la
droite du bâtiment à la suite de la fosse, se trouve une
vaste plaine en sable, délimitée par une falaise
rocheuse et agrémentée de bosquets touffus et de
zones surélevées permettant à certains animaux de
s’isoler.

Cette plaine africaine est le lieu de vie de zèbres de
Grant (Equus burchellii boehmi), de potamochères
(Potamochoerus porcus), d’une femelle topi
(Damaliscus jimela) séparée des mâles maintenus
en coulisses pour cause de consanguinité – il est à
noter que cette espèce est très peu courante en
captivité – de marabouts (Leptoptilos crumeniferus),
de grues couronnées (Balearica pavonina) et d’au-
truches (Struthio camelus).


Plateau de l'éléphant
Plateau de l'éléphant - mars 2014
Plaine des topis et des zèbres
Plaine des topis et des zèbres - mars 2014

 
A l’extrémité de la plaine on pourra également observer
les pré-parcs d’isolement de chaque espèce. Ce complexe
intégrant la plaine africaine, la fosse inoccupée et l’en-
clos de l’éléphant devrait être transformé prochai-
nement en un vaste espace de savane africaine avec
notamment l’arrivée de girafes.

Cette zone devrait être inaugurée en 2015. Face aux
points d’observation ombragés de la plaine des zèbres
se dresse une petite volière en sable, dotée d’un bassin
et de quelques branches suspendues, dans laquelle sont
présentés des pluviers d’Egypte (Pluvianus aegyptius)
et des touracos violets (Musophaga violacea).

Le visiteur peut alors soit emprunter un sentier se diri-
geant sur la droite au bas de la volière, soit remonter
en haut de la plaine des zèbres pour se diriger vers la
droite.



Volière des pluviers
Volière des pluviers - mars 2014
Enclos des rhinocéros
Enclos des rhinocéros - mars 2014
En choisissant cette seconde option, nous allons nous
diriger sur un chemin pavé surplombant deux enclos
qui peuvent être mis en commun. Ces deux enclos, l’un
enherbé, l’autre en sable doté d’une mare de bout,
héberge des rhinocéros blancs (Cerathoterium simum).

Sur la gauche de la passerelle se trouve un enclos en
pente de grande taille. La partie arrière de cet enclos
forme un petit bois. L’ensemble est consacré à des
guépards (Acinonyx jubatus).

Le visiteur revient alors sur le sentier principal et pour-
suit sa découverte du continent noir, dans un secteur
relativement récent, recréant les montagnes africaines.



Flèche

Cette partie du zoo a été construite au cœur de la
montagne surplombant le parc. Elle se compose de
plusieurs petits enclos au relief léger. Le premier
enclos que l’on découvre sur notre droite est en-
touré de gros rochers, dispose d’un sol en herbe et
est planté de quelques arbustes.

Il est occupé par des dik-diks de Kirk (Madoqua
kirki
). Plus loin, sur la gauche, face aux petites an-
tilopes, se dresse une grande volière ombragée de
grands feuillus. Cette structure plantée de bambous
et disposant de perchoirs en bois, est le lieu de vie
d’aigles bateleurs (Terathopius ecaudatus).


Ambiance dans les montagnes africaines
Ambiance dans les montagnes africaines - mars 2014


Enclos des dik dik de Kirk
Enclos des dik dik de Kirk - mars 2014
Notre ascension continue pour tomber sur un petit
enclos circulaire, ayant pour seuls aménagements,
quelques buissons. Des otocyons (Otocyon megalotis)
y évoluent.
Un autre enclos formé d’une succession de petites
terrasses en herbe est planté de quelques palmiers et
accueille des céphalophes bleus (Cephalophus
monticola
).

En contournant l’enclos des céphalophes, le visiteur peut
gravir la montagne pour atteindre une hutte d’observation
dominant l’ensemble de la vallée africaine, avant de re-
descendre au niveau des céphalophes et de poursuivre sa
visite au cœur d’une aire sans animaux, marquant la fin de
l’aventure africaine.


Volière des aigles bateleurs
Volière des aigles bateleurs - mars 2014
Enclos des céphalopes bleus
Enclos des céphalopes bleus - mars 2014



Le sentier de visite débouche alors dans la partie la plus
ancienne du zoo, se caractérisant par des enclos de taille
moyenne, basiques et où le béton est bien visible.

Sur la droite de cette allée, se dresse l’ancien secteur des
herbivores composé de plusieurs enclos délimités par des
fossés secs.

Le premier enclos est un plateau en herbe, agrémenté
de quelques rares arbres. Une barrière en bois interdit
l’accès au fossé sec. Cet enclos est le lieu de vie d’un
second groupe d’okapis (Okapia johnstoni).


Enclos des okapis
Enclos des okapis - mars 2014


Enclos typique pour gazelles
Enclos typique pour gazelles - mars 2014



Mitoyen aux girafes des forêts se trouve un autre plateau
du même type, où l’omniprésence de sable rappelle les
milieux désertiques. Cette installation est consacrée aux
gazelles à cou roux (Nanger ruficollis). Enfin, le
troisième et dernier enclos des ongulés est identique à
celui des gazelles à cou roux et héberge des addax
(Addax nasomaculatus).



Flèche

Sur la droite, on peut observer un îlot de grande taille
comportant de multiples enclos. Le sentier de visite
entoure cette île. Sur la droite, intégrée à l’angle de la
rotonde d’enclos, se trouve une structure où le sol est
labouré, jonché de souches et planté de quelques ar-
bustes résistant aux attaques des phacochères
(Phacochoerus africanus).

Mitoyen aux suidés se trouve une petite fosse en sable,
formée de quelques terrasses et ombragée par de rares
arbres. Un céphalophe à flancs roux (Cephalophus
rufilatus
) y vit.

Toujours dans la rotonde des enclos, on peut observer
deux installations accolées, au sol en herbe, agrémentée
de quelques arbres et occupées par des casoars à
casque (Casuarius casuarius).



Enclos des phacochères
Enclos des phacochères - mars 2014
Plateau des lions
Plateau des lions - mars 2014




Ces gros oiseaux marquent l’entrée dans la zone au-
stralienne du zoo. Sur la gauche, face aux phacochères,
céphalophes et casoars, se dressent encore deux
plateaux en herbe, séparés du sentier par de larges
fossés secs.

Ces enclos sont bien végétalisés, creusés d’un bassin
et pour le second, érigé de structures d’escalade en
bois.
Le premier accueille des lions (Panthera leo) tandis
que le second est le lieu de vie de tigres de Sumatra
(Panthera tigris sumatrae).
Enclos du casoar
Enclos du casoar - mars 2014
Plateau des tigres
Plateau des tigres - mars 2014


De retour sur la droite, au niveau des enclos centraux, on
distingue une plaine légèrement en pente, où la couleur
ocre du sol contraste avec le vert des palmiers et rappelle
le bush australien.
Cette étendue est le lieu d’une cohabitation entre des
émeus (Dromaius novaehollandiae) et des kangourous
roux (Macropus rufus).

Dans le prolongement de la plaine des kangourous se
trouve un autre petit enclos ressemblant à une petite
fosse au sol en sable et parcourue de parcours sur-
élevés faits de troncs. Quelques plateformes en bois et
des arbustes complètent les aménagements destinés
aux dendrolagues de Goodfellow (Dendrolagus
goodfellowi
) présentés à San Antonio.


Plaine australienne
Plaine australienne - mars 2014
Fosse des porc-épics
Fosse des porc-épics - lars 2014

Face aux marsupiaux, sur la gauche du sentier, se dres-
sent encore deux grands enclos dont la conception rap-
pelle les enclos des grands fauves. Dans le premier
enclos, la pente a été atténuée par l’installation de
plusieurs terrasses en terre. Un arbuste ainsi que quel
-ques palmiers complètent le décor au milieu duquel
évolue une meute de chiens de prairie (Speothos
venaticus
).

La seconde fosse est plus minérale et agrémentée
d’écorces et de rochers. Elle héberge des porc-épics
à crête (Hystrix cristata). Le bâtiment des rongeurs,
relativement sommaire, est visible à travers une baie
vitrée.



Flèche

A la suite de ces fosses, le visiteur est invité à entrer
dans une volière de contact creusée dans la falaise
rocheuse. Des arbres morts servent de perchoirs et
de multiples rocailles offrent un peu de relief à l’en-
semble.

A l’intérieur de cette volière, des vanneaux masqués
(Vanellus miles) cohabitent avec des râles tiklins
(Gallirallus philippensis), des mainates graculas
(Gracula indica) ; colombines turverts
(Chalcophaps indica), des perruches omnicolores
(Platicercus eximius), des perruches callopsittes
(Nymphicus hollandicus), des sarcelles rousses
(Anas castanea), des tadornes d’Australie
(Tadorna tadornoides), des gouras couronnés
(Goura cristata), des colombes lophotes
(Ocyphaps lophotes), des carpophages bicolores
(Ducula bicolor) et des colombes striées
(Geopelia striata).




Volière australienne
Volière australienne - mars 2014
Volière des loris
Volière des loris - mars 2014
Le visiteur ressort alors de la volière et se retrouve sur
une petite place. Nous pouvons poursuivre la visite sur
la gauche en direction du secteur des oiseaux, ou em-
prunter le sentier situé sur notre droite pour remonter
le sentier des lions et des tigres ou opter pour la troi-
sième solution qui nous conduit tout droit pour terminer
la découverte de l’ilot d’enclos.

En choisissant ce dernier sentier, le visiteur fait tout d’abord
face à une seconde volière de contact, dénudée de tout
aménagement naturel hormis des branches mortes. L’entrée
de cette structure est marquée par la présence d’un stand
vendant du nectar, que le visiteur peut utiliser pour nourrir la
colonie de loris arc en ciel (Trichoglossus haematodus) au
milieu desquels il va évoluer.


De retour sur le sentier principal, nous pouvons observer sur
notre gauche, légèrement en contrebas du sentier de visite,
un bassin de taille moyenne, s’ouvrant sur 2 berges en terre,
plantée de palmiers. Ce complexe est le lieu d’une cohabi-
tation originale entre des tapirs malais (Tapirus indicus) et
des cabiais (Hydrochoerus hydrochaeris).

Le bassin semble être partagé entre ces deux espèces tandis
que les plages en terre permettent de séparer ces animaux.
Le bassin des cabiais s’écoule alors en une rivière pour
s’entourer de berges en herbe, ombragées par de grands
arbres.

Mitoyen aux tapirs se dresse ainsi un enclos occupé par des
cigognes blanches (Ciconia ciconia). Face aux échassiers,
se trouve un plateau en herbe, doté de grands arbres et de
bambous, s’étendant sur toute la largeur du triangle d’enclos
que nous contournons.




Enclos des tapirs
Enclos des tapirs - mars 2014


Plateau des babyroussas
Plateau des babyroussas - mars 2014
Cette installation est le lieu de vie de babiroussas (Babyrousa
babyrussa
).

A l’extrémité du sentier, le visiteur peut soit continuer tout droit
de sorte à traverser une aire de restauration et revenir au niveau
de la maison africaine, soit bifurquer sur la droite pour terminer
la découverte de la rotonde des enclos.
Ce sentier borde sur la gauche, la partie supérieure de la volière
africaine et de celle des cercopithèques, tandis que sur la droite,
se trouve une succession de 5 enclos. Le premier de ces enclos
entouré de hauts murs, dispose d’un sol recouvert d’écorce et
d’un bassin. Il est occupé par des babiroussas (Babyrousa
babyrussa
).

Mitoyen aux suidés se trouve un autre enclos du même type, le
bassin ayant été comblé et des arbustes ajoutés. Ce second en-
clos est le lieu de vie de céphalophes à dos jaunes ou céphalophe
géant (Cephalophus sylvicultor).


A côté des antilopes, au cœur d’un enclos enherbé et ombragé,
évoluent des muntjacs de Chine (Muntiacus reevesi).
Le quatrième enclos, légèrement en pente, au sol recouvert
d’herbe et formé de plusieurs terrasses, est également consacré
aux céphalophes géants. Enfin, le dernier enclos de cette rangée
qui sépare l’installation des céphalophes de celle des phacochères,
est entièrement en sable, planté d’un arbre et agrémenté de
quelques souches.

Un petit groupe de potamochères (Potamochoerus porcus) y a
été installé. Le visiteur est alors de retour au niveau de l’enclos des
phacochères et de celui des lions.
Enclos des muntjacs
Enclos des muntjacs - mars 2014



Flèche

Nous allons alors redescendre l’allée de visite « Australienne »
jusqu’à la place faisant face aux volières des colombes aust-
raliennes et à celle des loris, pour emprunter le sentier situé le
plus à gauche.

Cette allée nous conduit à poursuivre l’aventure australienne,
en distinguant une série de plusieurs enclos creusés à flancs
de falaise et délimité par de hauts grillages. La première
structure, en sable, est occupée par des wallabies de Parme
(Macropus parma).

Le second enclos que l’on observe, toujours du même type,
bien qu’agrémenté de quelques graminées est le lieu de vie
d’un petit groupe de wallabies à pieds jaunes (Petrogale
xanthopus
). Dans le prolongement de l’enclos des wallabies
se trouve un autre enclos escarpé, fait de faux rochers, con-
sacré à un petit groupe de bouquetins de Nubie (Capra
nubiana
).



Enclos des wallabies de parme
Enclos des wallabies de parme - mars 2014
Enclos typique pour anatidés
Enclos typique pour anatidés - mars 2014

Face aux enclos montagneux, s’étend le complexe des anatidés.
Ce dernier se compose d’une succession de petit enclos dis-
posant au premier plan d’un bassin relié, en arrière-plan, à une
plage en terre agrémentée de buissons et de grands arbres.

Des canards des Philippines (Anas luzonica) cohabitent avec
des canards pilets (Anas acuta) et des garrots à œil d’or
(Bucephala clangula) dans le premier enclos. Le second est
le lieu de vie de tortues funèbres (Rhinoclemmys funerea),
de siffleurs du Chili (Anas sibilatrix), de sarcelles de Bernier
(Anas bernieri), de sarcelles du Brésil (Anas brasiliensis) et
d’oies semi palmées (Anseranas semipalmata).


Un couple de cygnes noirs (Cygnus atratus) est présenté dans
le troisième enclos. La quatrième structure est dotée, en plus
des aménagements communs, d’un monticule rocheux émer-
geant du bassin. Elle accueille des tortues mata mata (Chelus
fimbriata
), des dendrocygnes de Cuba (Dendrocygnus
arborea
), des harles couronnées (Lophodytes cucullatus),
des oies cygnoides (Anser cygnoides) et des sarcelles du
Brésil (Anas brasiliensis).

De retour sur la gauche, dans le prolongement de l’enclos des
bouquetins, se trouve un autre complexe ombragé par de
grands arbres, fait d’un empilement de rochers relativement
escarpé et occupé par un important groupe de wallabies à
pieds jaunes (Petrogale xanthopus).


Enclos des wallabies à pieds jaunes
Enclos des wallabies à pieds jaunes - mars 2014


Enclos des chanas
Enclos des chanas - mars 2014
Enfin, terminant cette série d’enclos rocheux, se trouve une
volière dénudée de toute végétation et consacrée à des
serpentaires (Sagittarius serpentarius).

Le visiteur revient alors au complexe des anatidés, où les
deux enclos qui suivent, sont agrémentés de plages en terre
et de palmiers. Le premier est consacré à des crocodiles
de l’Orinoco (Crocodylus intermediatus) tandis que le
second est occupé par des alligators du Mississippi
(Alligator mississippiensis).

Les deux derniers enclos terminant ce complexe, sont à
nouveau occupés aux oiseaux palmés. Le premier abrite
une cohabitation entre des oies à tête barrée (Anser
indicus
) et dendrocygnes de Cuba (Dendrocygnus
arborea
).


La dernière installation est consacrée à des tortues boites
de Coahuila (Terrapene coahuila), des podocnémides
de Cayenne (Podocnemis unifilis), des sarcelles de
Bernier (Anas bernieri), des canards mandarins (Aix
galericulata
), des sarcelles marbrées (Marmaronetta
angustirostris
) et des kamichis à collier (Chauna
orquata
).

A l’extrémité de cette allée, on découvre un enclos en arc
de cercle, composé d’une plage en sable et en herbe,
agrémentée de palmiers pied d’éléphants, et entourée d’un
bassin peu profond. Cette installation est le lieu d’une
cohabitation entre des grues caronculées (Bugeranus
carunculatus
), des géoclémydes d’Hamilton (Geoclemys
hamiltonii
), des callagures de Bornéo (Callagur
borneoensis
) et des gavials du Ganges (Gavialis
gangeticus
).

Enclos des gavials
Enclos des gavials - mars 2014



Flèche

Sur la gauche, un cul de sac nous amène vers un bâtiment
rond à l’intérieur duquel se poursuit la visite. Ce bâtiment
constitue la maison des oiseaux du zoo. Il se compose d’un
point central, îlot en terre installé sous un puits de lumière
et bien végétalisé, servant de zone de nourrissage aux es-
pèces présentées en vol libre. Installés dans les murs de la
rotonde, se trouve une succession de volières intérieures
vitrées en façade.

Nous allons débuter la visite sur notre droite. La première loge
se compose d’un bassin peu profond, entouré de faux rochers
et doublé d’une petite plage en terre. Un groupe de sternes
incas (Larosterna inca) y vit aux côtés de mouettes atricilles
(Larus atricilla) ; de vanneaux masqués (Vanellus miles) et
de râles de Guam (Gallirallus owstoni).


Volière des sternes
Volière des sternes - mars 2014
Enclos des touracos géants
Enclos des touracos géants - mars 2014
La seconde loge dispose d’un sol en terre, d’un petit bassin
et de multiples branches et autres troncs. Cette loge est oc-
cupée par des martins chasseurs micronésiens (Halcyon
cinnamorninus
). La troisième loge est également la plus
vaste et tente de recréer un morceau de forêt tropicale
africaine.

Cette dernière est traduite à San Antonio par la présence de
nombreux arbustes et de troncs morts. Un couple de mag-
nifiques touracos géants (Corythaeola cristata) y évolue.

Mitoyen aux touracos, on découvre des perdrix roulrouls
(Rollulus roulroul) en cohabitation avec des barbicans à
tête rouge (Trachyphonus erythrocephalus), dans un
environnement de sable ocre et quelque peu végétalisé.



A côté des perdrix, se trouve une seconde loge consacrée à 
l’Afrique. Cette dernière représentant un village africain attire
le regard de part la vivacité des couleurs.
Les seuls décors résident en quelques graminées et en des
amas de branches. Cette loge est le lieu de vie de tisserins
dorés (Ploceus castaniceps).

La loge qui suit dispose d’un sol en terre, est agrémentée de
nombreux feuillus. Elle présente une cohabitation entre des
paroares dominicains (Paroaria dominicana), des tinamous
perdrix (Nothoprocta perdicaria), des astrilds cordons
bleus (Uraeginthus cyanocephalus), des tourterelles éme-
raudines (Turtur chalcospilos), des tourterelles masquées
(Oena capensis), des gallicolombes de Sulawesi
(Gallicolumba tristigmata), des euplectes franciscains
(Euplectes franciscanus) et des astrilds à joues oranges
(Estrilda melpoda).


Volière africaine
Volière africaine - mars 2014



Loge pour oiseaux exotiques
Loge pour oiseaux exotiques - mars 2014
Mitoyen aux estrilidés se dresse une loge relativement
grande, composée d’un petit bassin, de quelques ar-
bustes et d’un sol en gravillons. On pourra y admirer
des martins chasseurs à poitrine bleue (Halcyon
malimbica
), des râles de Guam (Gallirallus owstoni),
des spréos royaux (Cosmopsarus regius), des étour-
neaux améthystes (Cinnyricinclus leucogaster) et des
irrisors moqueurs (Proboscigeter aterrimus).

Une entrée de service marque une pause dans la pré-
sentation des oiseaux, exposition qui reprend par une
petite loge traversée par un petit ruisseau, agrémentée
de quelques arbustes et consacrée aux espèces aus-
traliennes à savoir des diamants de Gould (Erythrura
gouldiae
), des diamants de Bichenov (Taeniopygia
bichenovii
) et des tourterelles masquées (Oena
capensis
).



Flèche

A côté des oiseaux australiens, vivent des rolliers à
raquettes (Coracias spatulatus) et des gallicolombes
de Barlett (Gallicolumba crinigera). Mitoyen aux
rolliers se trouvait une loge en réfection lors de ma
visite.

Après les travaux, la volière qui suit est relativement
bien végétalisée, dispose d’un bassin et de quelques
troncs plantés offrant plusieurs possibilités de per-
choirs aux martins chasseurs micronésiens (Halcyon
cinnamorninus
) qui y ont été installés.

La maison des oiseaux compte encore 2 loges. La
première est densément plantée ne laissant que peu
d’espace libre pour le vol et accueille des organistes
Louis d’or (Euphonia musica) et des colombes
poignardées (Gallicolumba luzonica).


Loge pour oiseaux exotiques
Loge pour oiseaux exotiques - mars 2014


Zone de vol libre
Zone de vol libre - mars 2014
Enfin, la dernière loge est également la plus grande de
la maison des oiseaux. Elle s’organise autour d’un bas-
sin central, d’un sol en terre, de quelques plantes et de
troncs et autres branches.

Cette volière est occupée par des agamis trompettes
(Psophia crepitans), des caurales soleil (Eurypyga
helias
) et des orioles troupiales (Icterus icterus).

Avant de quitter la bâtisse, le visiteur peut découvrir les
espèces évoluant en vol libre à savoir : araguiras rou-
geâtres (Coryphospingus cucullatus), des dcossyphes
à croupion blanc (Copsychus malabaricus), des étour-
neaux amnéthystes (Cinnyricinclus leucogaster), des
astrilds queue de vinaigre(Estrilda caerulescens), des
sarcelles hottentotes (Anas hottentota), des euplectes
à dos d’or (Euplectes macrourus), des perdrix roulrouls
(Rollulus roulroul) et des éperonniers de Rotschild
(Polyplectron inopinatum), des chipius cannelles
(Poospiza ornata).



Flèche

Le visiteur ressort alors de la maison des oiseaux pour
se diriger vers l’enclos des gavials du Ganges et pour-
suivre sa visite. A la suite de l’installation des gavials,
une série d’enclos entourés de murs en béton, complète
le complexe des anatidés. Le premier composé d’un
petit bassin et d’une plage en sable, est occupé par un
couple reproducteur de cigognes maguaris (Ciconia
maguari
).

A côté des échassiers, un second enclos du même type,
bien que la plage étant enherbé, est le lieu de vie de
chaunas (Chauna torquata). Un unique arbre a été
planté sur la plage. Le troisième enclos identique à celui
des kamichis est le lieu de présentation de canards à
ailes blanches (Asarcornis scutulata).

Les enclos qui suivent sont conçus selon la même idée
mais offrent beaucoup plus d’espace à leurs habitants.




Enclos des cigognes
Enclos des cigognes - mars 2014
Enclos des flamants
Enclos des flamants - mars 2014
Le premier est composé d’un bassin relié par une pente
douce à une plage en terre, plantée de grands arbres.

Cette installation accueille une colonie de flamants du
Chili (Phoenicopterus chilensis) et des tadornes de
Belon (Tadorna tadorna). Dans le prolongement des
flamants se trouve une installation « fourre tout » qui
héberge des grues couronnées noires (Balearica
pavonina
), des grues demoiselles (Anthropoides
virgo
), des nettes rousses (Netta rufina), des oies
semipalmées (Anseranas semipalmata), des fuligules
à tête rousse (Aythya americana), des dendrocygnes
veufs (Dendrocygna viduata) et des bernaches à
crinières (Chenonetta jubata).



Un dernier grand enclos en herbe, ombragé par de
grands arbres et au cœur duquel ont été installées
quelques souches, complète cette allée et est con-
sacré à des cigognes blanches (Ciconia ciconia).

Légèrement en retrait  du chemin de visite et formant un
angle droit avec l’installation des cigognes, se trouvent
encore 2 petits enclos composés d’un bassin et d’une
plage en herbe et plantée. Des tadornes radjah (Tadorna
radjah radjah
) évoluent dans le premier tandis que des
tadornes d’Australie (Tadorna tadornoide) vivent dans
le second.


Enclos des tadornes
Enclos des tadornes - mars 2014


Enclos des grues
Enclos des grues - mars 2014
Sur la gauche du sentier principal, face aux enclos des
flamants et cigognes, se trouve une succession de deux
petites structures ombragées, délimitées par un grillage
à mailles fines. 

Ces deux enclos sont tous en terre, agrémentés de quel-
ques rochers et de souches et creusés d’un bassin. Dans
l’ordre de visite on pourra y admirer des grues couronnées
grises (Balearica pavonina), des grues moines (Grus
monachus
), espèces qui viennent agrandir l’impression-
nante diversité de gruidés présentée à San Antonio.



Flèche

Le visiteur traverse alors la faisanderie du parc. Cette dernière
se compose d’une succession de volières érigées de part et
d’autre de l’allée de visite. Sur la droite, la première volière
dénudée de verdure, mais possède plusieurs empilements de
branches. Elle est le lieu de vie de podargues (Podargus
strigoides
), de (Urolestes melanoleucus) et d’œdicnèmes
du Pérou (Burhinus superciliarus).

La seconde installation quant à elle dispose d’un sol en sable
et est plantée de quelques palmiers, de rochers et d’arbustes.

Elle accueille des coqs verts de Java (Gallus varius) et des
rolliers à ventre bleu (Coracias cyanogaster). Mitoyen aux
rolliers, on découvre une installation à la végétation touffue,
dans laquelle des touracos de Lady Ross (Musophaga rossae)
évoluent aux côtés de spréos superbes (Lamprotornis
superbus
).



Faisanderie
Faisanderie - mars 2014
Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - mars 2014



Des paons du Congo (Afropavo congensis) ont été installés
dans la volière qui suit et qui, en termes d’aménagements, est
comparable à celle des touracos. Les volières qui suivent
toujours accolées les unes aux autres, sont toutes identiques
en termes d’aménagement. On pourra y voir : des martins
chasseurs géants (Dacelo novaeguineae), des rolliers à ventre
bleu (Coracias cyanogaster) en cohabitation avec des podar-
gues (Podargus strigoides) et des éperonniers de Rotschild
(Polyplectron inopinatum) ; puis des araçaris verts
(Pteroglossus viridis) en compagnie de paons du Congo
(Afropavo congensis) et d’œdicnèmes du Pérou
(Burhinus superciliarus) ; ...



..., des martins de Rotschild (Leucopsar rotschildii) partageant
leur volière avec des perdrix roulrouls (Rollulus roulroul) ;
rolliers à ventre bleu (Coracias cyanogaster) évoluant aux côtés
d’œdicnèmes du Pérou (Burhinus superciliarus) pour finir par
une volière accueillant des d’œdicnèmes du Pérou (Burhinus
superciliarus
), des cailles de Madagascar (Margaroperdrix
madagascariensis) et des podargues (Podargus strigoides).

Il est à noter que cette faisanderie faisant partie des installations
anciennes du zoo de San Antonio, présente une diversité d’es-
pèce mais aucune cohérence géographique.
Volière typique de la faisanderie
Volière des coqs de Java - mars 2014


Le visiteur peut alors se tourner vers la rangée de volière bordant
la gauche du sentier de visite. Ces dernières plus grandes en termes
de taille, disposent toutes d’un sol en sable et sont agrémentées
de nombreuses branches faisant office de perchoirs.

La première volière héberge des corbeaux à nuque blanche
(Corvus albicollis). La seconde installation est le lieu de vie
de pigeons roses (Nesoenas mayeri), de gouras couronnés
(Goura cristata) et  d’œdicnèmes du Pérou (Burhinus
superciliarus
). Mitoyen aux pigeons vivent d’autres cor-
beaux à collier blanc (Corvus albicollis) à côté desquels
ont été installées des chouettes à lunettes (Pulsatrix
perspicillata
).


Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - mars 2014


Volière typique de la faisanderie
Volière typique de la faisanderie - mars 2014
Des microglosses (Probosciger aterrimus) complètent cette
allée. Une grande volière est consacrée à des argus géants
(Argusianus argus) et des irrisors moqueurs (Proboscigeter
aterrimus
). Des pigeons de Nicobar (Caloenas nicobarica)
cohabitant avec des rolliers à ventre bleu (Coracias
cyanogaster
) dans la volière mitoyenne aux irrisors.

L’allée compte encore 3 cages qui hébergent respectivement
des calaos papous (Rhyticeros undulatus) pour la première ;
des barbicans à tête rouge (Trachyphonus erythrocephalus)
et des paons du Congo (Afropavo congensis) pour la
seconde, pour terminer par des gouras couronnés (Goura
cristata
) pour la dernière.

Le visiteur quitte alors la faisanderie pour tomber sur une grande
place où a été construit un carrousel.



Flèche

Une bifurcation sur la droite, nous amène sur un
ponton en bois traversant la zone marécageuse
du zoo.

Un bras d’eau s’allonge sur toute cette zone. Sur
la droite, cette rivière est bordée par des plages
plantées de papyrus. Ce premier enclos est le lieu
de vie de faux gavials (Tomistoma schlegeli).

Mitoyen aux crocodiliens, dans un enclos du même
type, dont la plage est ombragée par de hauts arbres,
sont présentées des grues de Mandchourie (Grus
japonicus
).


Bassin des faux gavials
Bassin des faux gavials - mars 2014


Enclos typique pour grues
Enclos typique pour grues - mars 2014
A côté des grues de Mandchourie, on peut encore
observer deux enclos du même type
occupés par
des grues du Paradis (
Anthropoides paradisae)
pour le premier et par de rares grues
d’Amérique
(
Grus americana) pour le second.

Une multitude de dendrocygnes à ventre noir
(Dendrocygnus autumnalis) sauvages se sont in-
stallés au sein de ce marais. Le bras d’eau se jette
alors dans un grand étang situé à l’arrière du car-
rousel, et à la jonction entre le ponton en bois et le
sentier principal. Au centre de cet étang ressortent
de grandes îles en terre, plantées de hauts arbres
et de palmiers.


Cet étang et ses berges sont le lieu de vie de pélicans
d’Amérique (Pelecanus erythrorhynchos), des
grues du Canada (Grus canadensis), de rares jabirus
d’Asie (Ephippiorhynchus asiaticus), des oies semi
palmées (Anseranas semipalmata), des oies à tête
barrée (Anser indicus), mais aussi plusieurs espèces
sauvages comme des aigrettes garzettes (Egretta
garzetta
), des grandes aigrettes (Ardea alba), des
aigrettes neigeuses (Egretta thula), des hérons garde
bœufs (Bubulcus ibis), des aigrettes bleues (Egretta
caerulea
), des bihoreaux violacés (Nyctanassa
violacea
), des cormorans viguas (Phalacrocorax
brasilianus
), des quiscales bronzés (Quiscalus
quiscula
), des cardinals rouges (Cardinalis cardinalis),
des moqueurs polyglottes (Mimus polyglottos), des
canards carolins (Aix sponsa), des canards colverts
(Anas erythrorhyncha) ou encore des dendrocygnes
à ventre noir (Dendrocygnus autumnalis).



Grand lac des anatidés
Grand lac des anatidés - mars 2014


Enclos des grues
Enclos des grues - mars 2014
Enclos des grues
Enclos des grues - mars 2014



Flèche

Face à l’étang se trouve l’entrée de la mini ferme et du
centre de découverte du zoo de San Antonio. En en-
trant dans cet espace pédagogique, on découvre sur la
droite, un bâtiment en bois, divisé en 3 pré-parcs en
sable.

Ces enclos sont consacrés à des poules nègres soies
(Gallus gallus domesticus) puis des tortues radiées
(Geochelone radiata).

Plus loin le visiteur est invité à entrer dans un bâtiment
moderne, où plusieurs tables de jeux ont été installées
ainsi que des tablettes tactiles.


Grange des poules
Grange des poules - mars 2014



Enclos des coatis
Enclos des coatis - mars 2014
Dans un des coins de la pièce se dresse un terrarium
agrémenté de plantes artificielles. Ce vivarium est le lieu
de vie d’un hérisson à ventre blanc (Atelerix
albiventris
).

Le visiteur ressort alors de la salle pédagogique pour
observer un petit bassin entouré de papyrus. A l’arrière
de cette maison se trouve un petit enclos en sable au
centre duquel des faux rochers ont été percés d’une
bulle de plexiglas, permettant aux enfants d’observer
les animaux d’une façon originale.

Cet enclos dans lequel ont été disposés des pots de
fleurs est le lieu de vie de chiens de prairie (Cynomys
ludovicianus
). Le sentier enlace alors une volière au
sol en terre, plantée de buissons et traversée par de
multiples structures d’escale en branches.




Cet enclos est le lieu de vie de coatis à nez blancs

(Nasua narica), espèce relativement courante
dans les parcs texans. Plus loin sur le sentier, se
trouve une autre volière au sol en herbe, agrémentée
de quelques arbres et de structures en bois.

Une famille de saimiris (Saimiri sciureus) y évolue. A
l’arrière de la volière des petits singes se trouve un en-
clos en sable, ombragé par de hauts arbres, dans le-
quel sont présentées des tortues géantes (Geochelone
gigantea
).
Enclos des tortues
Enclos des tortues - mars 2014


Lagune des flamants
Lagune des flamants - mars 2014
Face aux reptiles se trouve un bassin relativement long,
accolé à une plage en sable et en écorces. Cette plage
dont la partie la plus à gauche est plantée de palmiers
ainsi que la lagune est consacrée à un groupe de
flamants roses (Phoenicopterus roseus) et de cygnes
coscorobas (Coscoroba coscoroba).

En face des flamants, intégré à une grotte faite de faux
rochers se trouve un aquarium peu éclairé, garni de
galets, dans lequel évoluent des salamandres géantes
(Andrias japonicus). C’est ainsi que se termine la visite
de la zone pédagogique et mini ferme du zoo.

En ressortant de cet espace, le visiteur tombe nez à nez
sur un ensemble de 2 vastes volières accolées.



Flèche

Ces volières mitoyennes dont le fond est tapissé de faux
rochers, sont agrémentées de perchoirs en bois et de
palmiers. La première accueille des sériémas huppés
(Cariama cristata), tandis que la seconde est le lieu de
vie de vautours papes (Sarcoramphus papa).

A l’arrière des oiseaux se trouve une 3ème volière dont
l’architecture rappelle les toiles d’araignées.
Cette dernière au sol en herbe dispose de nombreuses
structures d’escalade en bois et est le lieu de vie de
capucins à poitrine blanche (Cebus capucinus). Face
aux capucins, se trouve une autre volière complétant la
zone Amérique du Sud du zoo de San Antonio.

Cette autre structure est plantée de nombreux bambous.
A l’arrière de celle-ci, on retrouve la grande volière sud-
américaine des fourmiliers. L’espace de bambous est le
lieu de vie d’ocelots (Leopardus pardalis).



Volière des vautours
Volière des vautours - mars 2014
Enclos des ocelots
Enclos des ocelots - mars 2014

Mitoyen aux petits carnivores se trouve une installation agré-

mentée de plusieurs branches offrant des possibilités
d’évolution à la famille de sakis à face blanche (Pithecia
pithecia
). Le visiteur contourne alors un enclos jouxtant la
zone marécageuse. Ce dernier, organisé autour d’un point
d’eau central dispose de plusieurs troncs et autres palmiers.

 Il est consacré à des caïmans nains (Paleosuchus
palpebrosus
).

Le visiteur longe alors le plan d’eau des pélicans, pour se
diriger ensuite vers une grotte sombre. A l’intérieur de
cette grotte, ont été creusés 3 vivariums nocturnes.


Chacun est agrémenté d’un sol en écorces et d’amas de
branches. Le premier accueille des kinkajous (Potos
flavus
), le second présente des chauves-souris de Seba
(Carollia perspicillata), tandis que le dernier est le lieu
d’une cohabitation entre des paresseux à 2 doigts
(Choleopus didactylus) et des tatous à neufs bandes
(Dasypus novemcinctus).

Le visiteur ressort alors de la grotte au niveau de la volière
des capucins puis revient vers la mini ferme sur la droite de
laquelle se dresse le complexe des petits singes sud-
américains.

Avant d’emprunter l’allée sillonnant au milieu des callit-
hricidés, on peut observer, sur la gauche, abrité par un
toit, un grand vivarium disposant d’un bassin en aqua-
vision, s’ouvrant sur une plage en terre où ont été dis-
posés racines, rochers et lianes.



Loge des kinkajous
Loge des kinkajous - mars 2014

Loge des tamarins
Loge des tamarins - mars 2014
Ce dernier présente des anacondas verts (Eunectes
murinus
). Le bassin est également peuplé de raies à
points bleus (Potamotrygon motoro), d’oscar
(Astronotus ocellatus) et de perches de l'Orénoque
(
Cichla orinocensis).

Le visiteur ressort de la grotte des serpents, pour dé-
couvrir la première volière des callithricidés. Cette in-
stallation comme toutes les autres destinées aux petits
singes, est de forme rectangulaire, au sol en sable, sur
lequel pousse de rares palmiers et des troncs se
ramifiant en plusieurs branches utilisées par les primates.

Un groupe de tamarins lions à tête doré (Leontopithecus
chrysomelas
) évolue dans la première volière. La
seconde volière de cette zone est consacrée pour sa part
à une famille de tamarins pinchés (Saguinus oedipus).


Enclos des caimans nains
Enclos des caimans nains - mars 2014
Terrarium des anacondas
Terrarium des anacondas - mars 2014



Flèche

Le sentier divisant ces volières nous conduit vers un bâ-
timent à la porte décorée. Cette bâtisse est consacrée à la
présentation d’amphibiens, et se compose de plusieurs
terrariums humides, ou disposant d’un bassin en aquavision.

Chaque terrarium est décoré de graviers, de racines ou en-
core de plantes tropicales. Parmi les espèces présentées
dans l’antre des amphibiens, on peut citer : rainette dorée
des palmiers (Dendrosophus abroccatus) ; dendrobates
jaunes (Dendrobates leucomelas) ; dendrobates dorées
(Dendrobates auratus) ; salamandre tachetée
(Salamandra salamandra) ; gymnophiome de Rio
(Typhlonectes natans) ; dendrobates brunes (Mantella
betsileo) ; mantellas dorées (Mantella aurantiaca) ; man-
tellas à pattes bleues (Mantella expectata) ; caecilles à
bandes jaunes (Ichthyophis beddomei) ; grenouille mousse
(Theloderma corticale) ; rainette réticulée (Trachycephalus
venulosus
) ; ...

Maison des amphibiens
Maison des amphibiens - mars 2014
Maison des amphibiens
Maison des amphibiens - mars 2014


...grenouille dorée du Panama (Atelopus zeteki) ;
crapaud buffle (Bufo marinus) ; grenouille léopard du Rio
Grande (Lithobates berlandieri) ; salamandre tigre
(
Ambystoma tigrinum) ; triton de feu à queue bleue
(Cynops cyanurus) ; petites sirènes (Siren intermedia) ;
crapauds berbères (Bufo debilis) ; crapauds tachetés (Bufo
punctatus
) ; triton à points noirs (Notophthalmus
meridionalis); axolotl (Ambystoma mexicanum) ; ou encore
grenouille feuille du Mexique (Agalychnis dacnicolor).


Le visiteur ressort alors de la maison pour revenir sur le
sentier principal au niveau de la volière des vautours
papes.
Exemple de vivarium pour amphibiens
Exemple de vivarium pour amphibiens - mars 2014
Salle d'élevage
Salle d'élevage - mars 2014



Flèche

Sur la droite du sentier, se dresse une grande volière,
plantée de bambous et de multiples branches. Des cor-
des ont été pendues aux différentes branches et offrent
de multiples structures d’escalade à la famille de singes
hurleurs (Alouatta caraya) et aux agoutis ponctués
(Dasyprocta punctata).

Face aux singes hurleurs, se trouve la suite du complexe
des petits singes. Cette suite se compose également de
plusieurs volières au sol en sable et garnies de branches
et de bambous.

Des ouistitis de Geoffroy (Callithrix geoffroyi) évoluent
dans la première structure. La seconde volière, doublée
d’un bâtiment non visible du public, est moins bien végé-
talisée et héberge des ouistitis de Goeldi (Callimico
goeldii
) qui cohabitent avec des tamanduas (Tamandua
tetradactyla
).




Volière pour callithricidés
Volière pour callithricidés - mars 2014

Volière des agoutis
Volière des agoutis - mars 2014
Une troisième volière présente un second groupe de ouistitis
de Goeldi tandis que la dernière structure de cette zone est
le lieu de vie de tamarins empereurs (Saguinus imperator).

Le visiteur quitte alors le secteur des petits singes et em-
prunte un pont longeant la grande volière sud américaine
observée au début de notre visite. Face à cette volière
se trouve un petit enclos composé d’une berge en terre
doublée d’un bassin.
Cet enclos était vide lors de ma visite.

Nous rejoignons alors la place principale du zoo de San Antonio,
située à proximité de l’entrée. Au niveau de cette place, on peut
observer deux grands bâtiments, le premier accueillant le vivarium
du zoo avec une impressionnante collection de crotales et autres
vipères, tandis que le second abrite l’aquarium du zoo ,
alliant bacs d’eau douce et bacs d’eau salée.


Exemple de vivariums
Exemple de vivariums - mars 2014
Exemple de vivariums
Exemple de vivariums - mars 2014


Aquarium du zoo
Aquarium du zoo - mars 2014
Aquarium du zoo
Aquarium du zoo - mars 2014


Sur la gauche du reptilarium, se dresse un grand bâtiment fait de
briques jaunes, devant lequel ont été érigées plusieurs cages ac-
colées. Ce complexe date des débuts du zoo et contraste for-
tement avec les dernières réalisations du parc.

Cette maison constitue la maison des singes. Les cages disposent
toutes d’un sol en béton et sont agrémentées de structures en bois,
de cordes et de tuyaux d’incendie. La première est le lieu de vie
de mangabeys à ventre doré (Cercocebus chrysogaster) tandis
que les 2 autres héberges des mangabeys noirs (Lophocebus
aterrimus
).

Le sentier nous amène alors vers le secteur des ours et des
lémuriens découvert au début de la visite, pour revenir sur la
place des flamants et quitter le zoo.
Volière des cercocèbes
Volière des cercocèbes - mars



Flèche

Cercopithèque de Wolf
Cercopithèque de Wolf - mars 2014
En conclusion, le zoo de San Antonio est un grand parc texan,
présentant une impressionnante collection de mammifères et
d’oiseaux.

Certaines espèces comme le topi sont très peu courantes en
captivité, pour ne pas dire unique. Les installations sont dans
l’ensemble de bonne facture, bien que de taille moyenne.

Néanmoins, certaines parties du parc, anciennes, laissent tran-
sparaitre les vestiges des zoos des années 1970. Une visite
d’une journée permettra de découvrir le parc, que l’on peut
doubler d’une visite de « The Alamo », un fort bien connu.



Copyright ©  -  2007-2020   -  J. Bordonné  -  Tous droits réservés